Titre

Poker d’enfer

Auteur Franck Plasse  
Éditeur Les XII Singes  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2007
Joueurs 2 à 5
Public enfants, ados, adultes
Durée 30 min
Caractéristique cartes
Mécanismes bluff, poker, tempête sur...
Emplacements jeu commençant par P, rayon P, tiroirs du rayon P
Règle du jeu
Ressources


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Jedisjeux


Le jeu sur JeuxADeux


Le jeu sur LudiGaume


Le jeu sur Tric Trac
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Poker d’enfer est une amusante variation sur le principe du poker. Il est constitué de quarante cartes normales, du 5 à l'as, et de quinze cartes spéciales. Le but est d'acquérir ces cartes spéciales, qui ont par ailleurs des pouvoirs sur le déroulement de la manche en cours.

Il manque peut-être pour débuter un guide des phases de jeu, car celles-ci ne sont pas facilement mémorisables.

Ce qu'il y a d'intéressant, dans Poker d’enfer, c'est qu'on connaît une partie du jeu de nos adversaires et le pouvoir qu'ils pourraient exercer, sans toutefois être sûr qu'ils s'en servent. Ainsi, lorsqu'on voit un pouvoir permettant d'inverser la force des cartes, deux choix se présentent. Il faut soit décider de se débarrasser de ses bonnes cartes, de peur qu'elles ne deviennent mauvaises, soit au contraire les conserver, si l'on estime que l'adversaire n'utilisera pas son pouvoir.

Les cartes, joliment illustrées par Fabrice Boillot, donnent à elles seules envie d'essayer Poker d’enfer. Attention, les joueurs de poker purs et durs risquent de ne pas forcément aimer : il y a des choses avec lesquelles on ne plaisante pas. Les autres apprécieront ce drôle de « tempête sur le poker » pour ce qu'il est : le moyen de passer un agréable moment ensemble, avec des drôles de cartes en main.

Bibliographie

· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
avant 2009