Titre

Katarenga Katrominoes

alias Katrominoes
Auteur David Parlett  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’auteur
Éditeurs Atalia  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur

Huch!  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2017
Joueurs 2 à 4
Public enfants, ados, adultes
Durée 15 min
Caractéristiques jeu de pions, pentominos et polyformes, tablier carré et pions, tablier 8 x 8 cases et pions, tablier Katarenga, tablier modulaire et pions, variante
Mécanismes cases influentes, combinatoire, échecs, gain par score, maîtrise
Emplacements étagères du rayon K, jeu commençant par K, rayon K
Site officiel
Règle du jeu
Ressource


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek
· Prédécesseur · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Katarenga Katrominoes est une adaptation du jeu Pentomino de Solomon W. Golomb en même temps qu'un hommage à son auteur sur lequel David Parlett a rédigé ses premiers articles dans le magazine Games & Puzzles.

Le but n'est pas de placer le plus de pentominos possible, mais de laisser visibles vos cases d'objectif. En effet, votre score, lorsque plus personne ne pourra placer de pentomino, sera obtenu par le produit des nombres de cases de vos deux couleurs d'objectif.

Ici, le joueur Rouge+Jaune marque 4×5 = 20 points tandis que le joueur Bleu+Vert marque 4×4 = 16 points

Variante Escale à jeux pour 4 joueurs

Pour jouer à quatre, chacun a une couleur d'objectif. On dispose un tablier de sorte que les quatre coins soient d'une couleur différente. Chacun se place devant le coin de sa couleur d'objectif. À tour de rôle, on pose un pentomino, sans pouvoir recouvrir une case de coin.

Le score final de chaque joueur sera le produit de son nombre de cases par le nombre de cases du joueur à sa gauche.

Système de jeu ou compilation utilisé

Prédécesseur, inspiration

· Prédécesseur · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
11 juillet 2021