Titre

10’ to Kill

Auteur Benoit Bannier  
Éditeurs Blackrock Games  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur

La Boîte de jeu  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur

Paille Éditions  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2015
Joueurs 2 à 4
Public ados, adultes
Durée 15 min
Caractéristique tablier modulaire
Mécanismes gain par déduction, gain par élimination, mémoire
Thème gangsters, policiers
Emplacements étagères du rayon 0 à 9, jeu commençant par 0 à 9, rayon 0 à 9
Règle du jeu
Ressources


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Jedisjeux


Le jeu au Club de La Rochelle


Le jeu sur Jeux de NIM


Le jeu sur Tric Trac


Le jeu sur Vin d’jeu
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

On retrouve, dans 10’ to Kill, la même ambiance que dans une bonne vieille partie du Jeu des assassins (ou Killer). Le principe du jeu est d'ailleurs identique : éliminer ses cibles sans se faire soi-même éliminer ou repérer. Mais ce que le Jeu des assassins proposait de jouer en taille réelle sur un campus ou dans un centre de vacances, 10’ to Kill le propose sur une simple table de jeu.

Vous dirigez un tueur à gages qui a trois cibles à éliminer. Vous êtes le seul à connaître ces quatre personnages parmi les seize en jeu. Pour éliminer une cible, vous devez faire en sorte que celle-ci et votre tueur à gage soient bien placés. Il existe trois façons de tuer ; à vous de choisir celle qui vous rend le moins repérable.

Peu à peu, des policiers entrent en jeu qui ne facilitent pas la tâche des assassins, alors même que ce boulot est difficile et mal considéré…

Les parties sont courtes, on est à la limite entre l'ambiance et l'intense réflexion. Une belle réussite !

Bibliographie

  • Plato n° 85 Afficher le sommaire
    des jeux abordés
    dans « Plato n° 85 »
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
8 janvier 2017