Titre

Bamboleo

Auteur Jacques Zeimet  
Éditeurs Gigamic  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur

Zoch  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 1996
Joueurs 2 à 7
Public bambins, enfants, ados, adultes
Durée 15 min
Mécanisme équilibre
Emplacements étagères du rayon B, jeu commençant par B, rayon B
Règle du jeu
Ressources


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu chez Ludo le gars


Le jeu sur Jeux de NIM


Le jeu sur Tric Trac


Le jeu sur Vin d’jeu
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

« Bamboleo est un gros jeu qui se comporte comme un aimant à joueurs. Dressé sur une table, il attirera irrésistiblement le novice qui voudra tenter sa chance. C’est un jeu d’adresse si simple que tout le monde peut s’y frotter et passer un bon moment. Et, si le plateau s’écroule, on est quitte pour une nouvelle partie ! ».

Cet avis, tiré de l'ancienne présentation du jeu par Ludovic Maublanc chez Jocade résume parfaitement Bamboleo.

 

Un plateau très instable reçoit de nombreuses pièces simples ou superposées. Le joueur doit retirer une pièce, ou une pile de pièces s'il est ambitieux, sans faire tomber le plateau.

Le défaut de Bamboleo, c'est qu'on passe parfois plus de temps à le mettre en place qu'à y jouer. Utiliser la plus petite boule fournie est réservé aux grands experts.

Probablement le plus beau jeu de la gamme, mais pas le plus réussi.

Bamboleo, jeu coopératif ?

La parole à une lectrice

Catherine a une vision différente et très intéressante de Bamboleo :

« (…) Je voudrais vous faire juste une remarque à propos de votre avis sur le Bamboleo : pour y avoir joué avec des ados, et avoir passé de bien beaux moments autour, je trouve qu'il est dommage que vous ne parliez pas du côté coopératif de ce jeu, car c'est cela qui lui donne sa valeur.

En effet, tout est dans l'esprit, qui est d'essayer de construire ensemble quelque chose de difficile - pratiquement impossible ! - à faire tenir en équilibre, ce qui implique une volonté commune de réussite, donc de persévérance. Il n'y a ni gagnant ni perdant à ce jeu : ou bien on gagne tous, ou bien l'inverse, et, dans ce cas, on recommence avec espoir.

La beauté du jeu est dans la démarche, la volonté de réussir à créer un lieu, un monde où chacun aura su trouver la juste place pour se poser et prêter attention à l'autre pour qu'il trouve la sienne, jusqu'à ce que l'ensemble ainsi créé tienne en équilibre, soit viable, l'indifférence ayant cédé la place à la conjonction des différences.

J'ajoute que, lorsque nous y avons joué avec des personnes différentes pendant toute une journée, un seul groupe a réussi à aller jusqu'au bout, c'est-à-dire à poser toutes les pièces, puis à les enlever une à une jusqu'à ce qu'il n'y en ait plus ! Une belle explosion de joie avait suivi ! Et nous étions repartis avec l'espoir que nous avait donné le constat de l'équilibre rendu possible par une parfaite conjugaison des réalités et des comportements de chacun… ».

Catherine Coux - 7 juin 2005

Bibliographie

  • Plato n° 1 Afficher le sommaire
    des jeux abordés
    dans « Plato n° 1 »
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
avant 2009