Titre

Boggle Slam!

Auteur Joe Wetherell  
Éditeurs Hasbro  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur

Parker Brothers  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2009
Joueurs 2 à 4
Public enfants, ados, adultes
Durée 15 min
Caractéristiques cartes, cartes-lettres
Mécanismes mots et lettres, rapidité, vivacité
Emplacements jeu commençant par B, réserve B
Règle du jeu
Ressources


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Enfant aveugle


Le jeu sur Tric Trac

Tout le monde connaît Boggle, un jeu de lettres caractérisé principalement par son matériel et son mécanisme :

  • Les lettres sont inscrites sur des dés que l'on secoue dans un réceptacle. Les tirages sont à chaque fois nouveau.
  • Les joueurs doivent trouver des mots dont les lettres se succèdent par un côté ou un coin.

Dans Boggle Slam!, ni dés, ni mots à reconstituer, mais des cartes. Elles permettent de construire un mot de quatre lettres. On va le faire évoluer au cours de la partie en changeant les lettres une à une, un peu à la manière de Motus.

Pourquoi, alors, appeler le jeu Boggle Slam! et non Motus Slam! ? Peut-être tout simplement parce que Hasbro n'est pas propriétaire de la marque Motus !

Aux États-Unis, d'où le jeu est originaire, il s'appelle Scrabble Slam!, ce qui est tout à fait pertinent. Mais les hasards des contrats commerciaux font que Hasbro possède bien la marque Scrabble, mais uniquement pour l'Amérique du Nord. Ailleurs, et donc chez nous autres, mangeurs de grenouilles, c'est Mattel qui exploite la licence du célèbre jeu de lettres. Et puisqu'il faut bien s'appuyer sur le succès d'un titre pour en promouvoir un autre, il ne restait guère comme possibilité que Boggle.

Ceci étant dit, Boggle Slam! est un jeu d'apéritif plaisant, rapide et animé, qui tient facilement dans la poche. Le matériel, cinquante-cinq cartes réversibles avec une répartition usuelle des lettres, pourra inspirer d'autres règles aux joueurs les plus créatifs. Qu'ils nous fassent part de leurs idées, nous les publierons volontiers ici.

 

François Haffner
12 septembre 2010