Titre

Candy

alias Méli-mélo dans les chaussettes !
Auteur non mentionné  
Éditeurs Beleduc  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur

Didacto  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur

Éveil et jeux - Oxybul  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2004
Joueurs 2 à 8
Public bambins, enfants
Durée 15 min
Mécanismes maîtrise, observation, rapidité, vivacité
Thème cuisine, restauration
Emplacements étagères du rayon C, jeu commençant par C, jeu commençant par M, rayon C, réserve M
Règle du jeu
Ressources


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Jedisjeux


Le jeu sur Tric Trac
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Candy

Le prétexte de Candy, c'est que tous les bonbons sont tombés et qu'il faut les ramasser. Chaque bonbon est coloré avec une, deux ou trois couleurs, parmi les six suivantes : bleu, rouge, vert, orange, blanc, jaune.

Tout le monde aura rapidement déduit qu'il existe donc :
    C(6,3) + C(6,2) + C(6,1) = 20 + 15 + 6 = 41 bonbons.

Le but du jeu est de s'emparer du bonbon correspondant aux trois couleurs obtenues sur les dés. Et surtout de s'en emparer le premier !

Méli-mélo dans les chaussettes !

Le même jeu, seul le thème change : il faut ici trier les chaussettes.

Pour aller plus loin…

Après avoir fait jouer vos chères têtes blondes à Figurix, puis à Candy, vous pourrez aborder ensemble un passionnant débat sur la différence entre une multiplication

Cliquez pour en savoir
plus sur Wikipédia
et une combinaison

Cliquez pour en savoir
plus sur Wikipédia
. S'ils ne dorment pas encore, vous pourrez converser sur 41

Cliquez pour en savoir
plus sur Wikipédia
, et ses intéressantes propriétés de nombre premier

Cliquez pour en savoir
plus sur Wikipédia
et de nombre carré centré

Cliquez pour en savoir
plus sur Wikipédia
.

· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
15 novembre 2009