Titre

Classiques du cyclisme

Auteur Olivier Arneodo  
Éditeur Olpan Édition  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2003
Joueurs 2 à 6
Public ados, adultes
Durée 2 h
Caractéristique pièce de musée
Mécanisme programmation
Thèmes cyclisme, sports, transports
Emplacements étagères du rayon C, jeu commençant par C, rayon C
Règle du jeu
Ressource


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Classiques du Cyclisme a longtemps été un sujet de plaisanterie entre l'auteur et moi. À chacune de nos rencontres, j'avais droit à la question rituelle : « Alors, quand est-ce que tu en parles sur ton site ? ».

Grâce à Ludovic Gimet et aux participants à sa journée thématique du 31 janvier 2003 sur les temps modernes, j'ai enfin joué à Classiques du Cyclisme ! J'espère que l'auteur me conservera son amitié après les lignes que je consacre ci-dessous à son jeu. Je le caractériserais en effet en l'affublant du titre de « Gainsbourg des jeux de société ». Comme Gainsbourg, Classiques du cyclisme est affreux et volontairement repoussant. Comme Gainsbourg, il est génial et indispensable.

  

Le jeu devrait donc être rapidement acquis par tous les auteurs de jeux qui rêvent d'auto-édition. Il réunit en effet dans une boîte assez compacte tout ce qu'il ne faut pas faire en réalisant vous-même votre jeu.

Comment rebuter les joueurs potentiels de votre jeu ?

La tristesse de la boîte n'a d'égale que la laideur du matériel. Si le but était de rebuter les participants, l'effet est très réussi.

Sans aller jusqu'à disposer de petits vélos qui seraient du meilleur effet, mais dont on peut comprendre qu'ils soient coûteux, on peut quand même faire mieux que ces pions en résine, pâlichons et mal coupés, sur lesquels il vous faudra une bonne demi-heure pour coller les minuscules pastilles numérotées.

Le plan de jeu met tout de suite dans l'ambiance de la course Paris-Roubaix : il ne manque que la pluie sur les participants pour retrouver l'ambiance de l'enfer du Nord. On peut néanmoins remédier à ce manque avec un brumisateur, en aspergeant continuellement les participants, tout en entretenant dans la pièce un léger courant d'air froid.

Les cartes, moyennement compréhensibles, ne comportent aucun schéma explicatif. Heureusement, la règle n'en comporte pas non plus. On peut donc parler ici de cohérence générale du matériel ! Le jeu étant sur le cyclisme, il est d'ailleurs probablement normal que la règle ait été écrite avec les arpions. Mais était-il utile de mélanger ensuite les chapitres, et de les disposer au hasard dans les pages ?

Et si on trouve quand même des joueurs ?

De l'avis de tous les participants, Classiques du Cyclisme est certainement le meilleur jeu auquel ils aient tous joué sur ce thème.

Une fois passée la difficulté de convaincre des gens d'y jouer, on découvre un jeu réellement génial, dans la lignée des meilleurs jeux de simulation de course et pratiquement sans hasard, sauf si on le désire. Chaque joueur représente non un coureur, mais un directeur d'équipe. Au départ, on distribue 110 points entre les différentes caractéristiques des six coureurs à sa disposition. Une très grande liberté est laissée pour cela, et on pourrait presque regretter que la règle ne contienne pas une constitution-type pour les premières parties (vous ai-je dis que la règle comportait quelques légers défauts ?).

Tout au long de la partie, les coureurs vont avancer selon leurs caractéristiques initiales. La course sera ponctuée d'actions réalisées à l'aide de cartes spéciales, distribuées à l'identique en début de partie à tous les joueurs. Les amateurs de stratégie de course se sont réellement régalés en découvrant les possibilités offertes. Je ne suis pas expert en la matière, mais les joueurs qui ont essayé avec moi les Classiques du Cyclisme ont tous salué l'excellence de la simulation. Il paraîtrait que la course de vélo en équipe, ça ne consiste pas seulement à appuyer comme un malade sur les pédales après s'être shooté discrètement. Il y aurait des stratégies de course, et le jeu semble pouvoir toutes les permettre.

En conclusion

Il est très difficile de donner une appréciation sur ce jeu. Il est totalement raté au niveau de la fabrication mais, en même temps, c'est probablement le meilleur jeu de course cycliste actuel. On en vient à rêver d'une réédition affriolante, avec une durée de jeu un peu diminuée, des petits vélos et une règle en français… En tout cas, la plupart des joueurs de la table de ce premier essai ont envie d'y rejouer, pourquoi pas en réunissant le matériel d'autres jeux moins intéressants.

Un jeu aussi exemplaire de laideur, et d'intérêt ludique, ne pouvait que devenir une pièce de musée à l'Escale à jeux !

· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
avant 2009