Titre

Le Collier de la reine

Auteurs Bruno Cathala  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’auteur

Bruno Faidutti  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’auteur
Éditeurs Asmodee  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur

Days of Wonder  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2003
Joueurs 2 à 4
Public enfants, ados, adultes
Durée 45 min
Caractéristique cartes
Mécanisme commerce, troc
Thèmes Alexandre Dumas, Grand Siècle, histoire, Histoire de France, littérature
Emplacements étagères du rayon C, jeu commençant par C, rayon C
Festival de Cannes Sélectionné 2003
Jeu de l’Année Sélectionné 2004
Règle du jeu
Ressources


Le jeu sur BDML


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Jedisjeux


Le jeu sur JeuxADeux


Le jeu au Club de La Rochelle


Le jeu sur LudiGaume


Le jeu dans le guide d’achat de Ludism


Le jeu chez Ludo le gars


Le jeu sur Jeux de NIM


Le jeu sur Tric Trac


Le jeu sur Le Trou à rat


Le jeu sur Wikipédia fr
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Le Collier de la Reine est à la fois un jeu de commerce et de cartes d'événement. Je ne suis pas particulièrement fan des jeux avec des cartes d'événement ou d'influence. Le défaut de ces jeux est toujours le même : un joueur qui a quelques parties à son actif a un avantage considérable sur un partenaire qui découvre le jeu.

Disons le tout de go : Le Collier de la Reine est une réussite. Comme me le confiait récemment un ami, on y voit clairement l'influence bénéfique de Bruno…

Les mécanismes mis en œuvre dans Le Collier de la Reine sont très intéressants. La part de hasard est faible, puisqu'elle est limitée à la distribution initiale de quatre cartes (vous en aurez beaucoup plus en main, vous verrez), et parfois à l'apparition de telle ou telle carte qui vous intéresse, mais qui ne viendra pas jusqu'à vous.

L'idée de base du jeu est intéressante. Des cartes sont proposées à la vente au centre de la table. À chaque fois qu'un joueur en achète, la valeur des cartes qui restent baissent. Un mécanisme similaire avait été utilisé dans Show Manager ou Atlantic Star, mais pas avec une telle réussite. Le but du jeu est de constituer des bijoux avec des pierres précieuses, dont la cote varie au gré des cartes. Seul celui qui présentera le bijou le plus somptueux de chaque gemme se verra récompensé. Mais de nombreux personnages louches traînent et changent sans cesse vos plans.

J'ai beaucoup apprécié le jeu, et particulièrement la règle très vicieuse de la rareté : la pierre la plus rare est également celle qui peut rapporter le plus. Un autre aspect appréciable est la grande liberté offerte aux joueurs, qui ont toujours des choix stratégiques très vastes devant eux. Si on n'aime pas les cartes d'événement, on n'a qu'à investir dans les bijoux ! Et lycée de Versailles…

Si vous avez aimé le jeu et que vous voulez vendre d'autres bijoux, pourquoi ne pas essayer l'excellent et méconnu Klunker ?

N.B. : De nombreux avis contradictoires sont apparus sur les forums ludiques à propos de l'esthétique des cartes. C'est vrai que le type de dessin choisi est assez inhabituel dans le monde du jeu de société. On aime ou on n'aime pas, mais au moins, ça change. J'ai personnellement beaucoup apprécié les citations d'Alexandre Dumas père au bas des cartes.

Les amateurs trouveront, sur le site de Days of Wonder, outre les règles, un aperçu des cartes et la possibilité de jouer en ligne.
>> vers le site officiel

· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
Paul Lequesne
avant 2009