Titre

Crache dragon

Auteurs Christoph Cantzler  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’auteur

Anja Wrede  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’auteur
Éditeur Ravensburger  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2012
Joueurs 2 à 4
Public bambins, enfants, ados
Durée 15 min
Mécanismes air, vent, fonctionne avec des piles, machinerie, mémoire, stop ou encore
Thèmes animaux, animaux fantastiques, dragons, fantastique
Emplacements jeu commençant par C, réserve C
Règle du jeu
Ressource


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Le mécanisme central de Crache dragon est une boule qui lévite. Rien de miraculeux : elle est tenue en l'air par une soufflerie cachée sous le plan de jeu. Ce principe avait déjà été utilisé dans Harry Potter - Jeu de lévitation - Jeu d’adresse électronique ou Vole, vole petite balle.

Partant de ce principe, deux règles sont proposées. La première s'adresse aux jeunes joueurs, qui vont devoir récupérer leurs six fruits au plus vite, mais un seul par tour.

La seconde règle est plus intéressante. Elle est basée à la fois sur la mémoire, sur la prise de risque et sur la rapidité. Le tour d'un joueur ne dure que quarante secondes, le temps programmé pour la soufflerie. Pendant ce court laps de temps, il va devoir placer la bille, la pousser du souffle vers un terrain où il pense trouver un de ses fruits, retourner ce fruit puis recommencer. Mais il faudra s'arrêter avant la fin des quarante secondes pour pouvoir récupérer les fruits à sa couleur.

Deux emplacements sont prévus pour ranger la fragile boule. Mais une seule boule est fournie. Pour peu que le possesseur de la boîte ait mal rangé la boule, celle-ci sera écrasée et le jeu perdra beaucoup de son attrait. Dommage.

 La publicité sur Youtube

· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
9 juin 2013