Titre

Da Vinci Code - Le Jeu

Auteur Terry Miller  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’auteur
Éditeur Winning Moves  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2006
Joueurs 2 à 6
Public enfants, ados, adultes
Durée 45 min
Caractéristique variante
Thème littérature
Emplacements jeu commençant par D, réserve D
Règle du jeu
Ressource


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Il existe deux jeux appelés Da Vinci Code, ou Code De Vinci. L'autre s'appelle également Code de Vinci en français. Il n'est pas mal, mais n'a pas grand rapport avec celui dont on parle ici. Tous deux ayant été édités par Winning Moves. Cela ne facilite pas la tâche aux braves amateurs qui achètent leurs jeux par correspondance, et se retrouvent parfois avec un produit qu'ils ne voulaient pas.

C'est bien fait pour eux ! Ils n'ont qu'à acheter leurs jeux dans les bonnes boutiques, celles où on peut soupeser le produit, et parfois même voir le contenu de la boîte.

  

Le jeu qui nous intéresse porte donc un nom bien connu, et on ressent avant de l'ouvrir et de l'essayer une peur légitime, basée sur des centaines d'expériences de jeux créés à la va-vite pour rebondir sur le succès d'un film, d'une série, d'un livre ou d'un dessin animé. Comme le disait récemment un éditeur, qui m'a menacé de procès si je disais son nom : « Vu le prix que m'a coûté la licence, je ne vais pas en plus payer un auteur ! ».

Ce raisonnement, pour cynique qu'il puisse paraître, est cependant compréhensible. La plupart du temps, quand on achète un jeu homonyme, on ne recherche que l'ambiance de l'objet désiré, et non des mécanismes innovants. D'où la tentation de déguiser un jeu de petits chevaux ou un jeu de question-réponses. D'où l'appréhension des amateurs de jeux devant de telles boîtes. D'où parfois, et c'est malheureux, la perte de clients à qui « on ne la fera pas deux fois ».

Réjouissez-vous ! Da Vinci Code est un vrai jeu de déduction, bien fichu, doté d'un matériel très agréable. Les mécanismes semblent emprunter un peu aux jeux Les Mystères de Pékin et Orient Express. Vous avez la possibilité de réaliser jusqu'à quinze enquêtes différentes, donc quinze soirées-jeux. J'entends d'ici les détracteurs reprocher au jeu sa durée de vie limitée. Passer quinze soirées agréables avec un jeu, c'est déjà pas mal, non ? Et puis après, votre cousine, votre charcutier, votre voisin du dessus pourront aussi passer quinze soirées agréables !

Le principe du jeu est de trouver une énigme sous forme de phrase. On va trouver des morceaux de cette phrase en résolvant des énigmes. Par exemple, il faut décrypter un texte à l'aide du nom d'un peintre. Vous connaissez le peintre ? Bravo : vous allez gagner du temps. Vous ne le connaissez pas ? Allez faire un tour au Louvre. D'autres énigmes demandent qu'on se réfère à des codex ou à des livres ésotériques cachés à la bibliothèque. Ce qui est amusant, c'est que quand vous allez au Louvre, vous ne disposez que de 30 secondes : il faut donc trouver rapidement le renseignement recherché parmi la vingtaine de cartes que vous avez en main.

Variante pour amateurs

Les amateurs de jeux peuvent être agacés par les caprices du dé. Il n'est pas rare que l'on passe quatre ou cinq tours sans pouvoir aller là où il faut qu'on aille. Je leur propose donc d'adjoindre au jeu deux ou trois dés spéciaux à 4, 8 ou 12 faces. Au moment de jouer, on choisit son mode de locomotion en lançant tel ou tel dé. On peut aussi décider d'avancer librement d'un maximum de six cases.

Bibliographie

  • Plato n° 12 Afficher le sommaire
    des jeux abordés
    dans « Plato n° 12 »
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
avant 2009