Titre

Diamonds Club

Auteur Rüdiger Dorn  
Éditeur Ravensburger  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2008
Joueurs 2 à 4
Public ados, adultes
Durée 1 h 15
Mécanisme économie, gestion
Thèmes Londres, villes
Emplacements jeu commençant par D, réserve D
Deutscher Spiele Preis 7e Prix 2009
Essener Feder Plume d’or 2009
Règle du jeu
Ressources


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Jedisjeux


Le jeu sur LudiGaume


Le jeu sur Tric Trac


Le jeu sur Vin d’jeu
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Il existe deux grands types de jeux à objectifs multiples. Ceux où ils faut avancer sur tous les fronts sans rien négliger, comme le sublime Tigre & Euphrate, ont nettement ma préférence. Je ne suis pas particulièrement attiré par les jeux à objectifs multiples, où chacun peut choisir sa façon de gagner, en négligeant éventuellement des pans entiers du jeu. J'ai parfois comparé les jeux de ce type, surtout quand ils étaient peu interactifs, à des concours de tricot.

Diamonds Club ne tombe heureusement pas dans ce travers. S'il est possible de gagner en faisant l'impasse sur une ou deux façons de gagner des points, le jeu est cependant très interactif. On est sans cesse obligé de confronter ses objectifs à ceux des autres joueurs.

La mécanique elle-même est intéressante, avec ses acquisitions successives : on achète des concessions pour extraire des pierres précieuses, qui serviront à leur tour à créer un parc somptueux. Le système d'achat des éléments de base est bien pensé avec un tableau aléatoire original, qu'il s'agit d'analyser pour optimiser ses placements.

La règle, très claire, met le jeu à la portée de tous les joueurs. Dès lors, Diamonds Club convient tout à fait à un public familial, et ce d'autant plus que les parties se suivent et ne se ressemblent pas.

· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
27 septembre 2009