Titre

Draco & Co

Auteurs Bruno Faidutti  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’auteur

Michael Schacht  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’auteur
Éditeur Descartes Éditeur  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2001
Joueurs 3 à 6
Public enfants, ados, adultes
Durée 30 min
Caractéristique cartes
Mécanisme ambiance
Emplacements étagères du rayon D, jeu commençant par D, rayon D
Règle du jeu
Ressources


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Jedisjeux


Le jeu sur Tric Trac
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Pas beaucoup de nouveauté dans Draco & Co. Il est vrai que le jeu est une réédition de Tafelrunde de Michael Schacht.

Les auteurs ont modifié quelques règles, et augmenté le nombre de joueurs, mais n'ont cependant pas créé un nouveau jeu. Le jeu s'inscrit en effet dans la lignée de Guillotine, Service compris ! ou Family Business. Vous me direz : « Où est le problème ? Je ne connais aucun de ces jeux ! ». Et vous aurez peut-être raison. Excusez un vieux collectionneur qui espère toujours des nouveautés, et se retrouve parfois déçu en découvrant qu'un jeu n'est guère nouveau.

Mais après tout, qu'importe la novation si le jeu est riche ou provoque les fous rires. Hélas, les joueurs qui étaient autour de la table ne sortaient pas d'un deuil familial, mais le jeu les a tous laissé froids, moi y compris. Peut-être faut-il y jouer avec une vraie coupe, en buvant force bon vin, ainsi que le suggère Bruno Faidutti ? Il est vrai que nous n'avions pas bu !

Pourtant l'idée du jeu et les actions proposées par les cartes pourraient être drôles, mais Draco & Co souffre à un degré encore plus élevé du mal dont souffrait déjà Castel.

Les cartes sont bourrées de textes, et les joueurs, au lieu de rigoler ensemble, passent leur temps à lire ces textes. Sauf certains d'entre eux qui trouvent ces textes illisibles, trop petits, et sur fond gris. Certains ont d'ailleurs abandonné dès le début, et ne faisaient plus qu'acte de présence quand leur tour de jouer arrivait.

Il est probable qu'au bout de quelques parties, les joueurs doivent connaître les textes des cartes, et s'adonner plus facilement à la rigolade. Le problème, c'est que pas grand monde n'a envie d'y rejouer.

Si on ajoute d'incroyables fautes d'édition (économies de bouts de chandelle ou défaut de « bon à tirer »), Draco & Co n'a vraiment pas eu une naissance facile.

Le jeu aurait certainement pu être intéressant, mais il est clairement desservi par une édition bâclée. Espérons qu'il aura une deuxième chance, avec une édition plus soignée.

· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
avant 2009