Titre

Einauge sei wachsam!

alias Le Borgne, prends garde !
Auteurs Michael Kiesling  
Wolfgang Kramer  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’auteur
Éditeurs Amigo Spiele  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur

Gigamic  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2009
Joueurs 2 à 5
Public ados, adultes
Durée 45 min
Caractéristique cartes
Mécanismes combinaisons, majorité
Thème pirates et corsaires
Emplacements jeu commençant par E, réserve E
Spiel der Spiele Meilleur jeu familial 2009
Vidéorègle
Ressources


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Jedisjeux


Le jeu chez Ludo le gars


Le jeu sur Vin d’jeu
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Encore un jeu au titre imprononçable : Einauge sei wachsam! - que Gigamic a traduit par  « Le Borgne, prends garde ! ». Il s'agit d'un petit jeu de combinaison à plusieurs effets, caché dans une grande boîte.

Le but est de collecter le plus de pierres précieuses en prenant possession d'îles, par l'argent ou par la force.

La prise d'une île peut rapporter des ducats, des sabres, des pièces ou des coffres, ou une combinaison de tout cela. Il est très intéressant d'accumuler les îles de même couleur, car alors les gains vont en s'amplifiant. Chaque nouvelle île d'une couleur rapporte en effet ses propres gains, plus tous ceux des îles de même couleur déjà en votre possession. Il est donc tentant de constituer de grandes familles d'îles de la même couleur. Oui, mais… En fin de partie, plus vous posséderez de couleurs différentes, plus vos gains seront importants.

Les amateurs de choix délicats ne devraient pas manquer d'essayer ce jeu simple mais subtil, où les décisions sont aussi nombreuses que difficiles.

Bibliographie

  • Plato n° 29 Afficher le sommaire
    des jeux abordés
    dans « Plato n° 29 »
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
19 avril 2009