Titre

Einstein

alias Can’t Stop Express
Auteur Sid Sackson  
Éditeurs Fred distribution  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur

Fun Connection  
Année 1989
Joueurs 1 à 6
Public enfants, ados, adultes
Durée 30 min
Caractéristique tableau effaçable
Mécanismes combinaisons, dés, duplicate, tirage unique pour tous
Emplacements étagères du rayon E, jeu commençant par E, rayon E
Règle du jeu
Ressources


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu chez Ludo le gars


Le jeu sur Tric Trac
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Rien sur la boîte de Einstein ne nous renseigne sur le nom de l'auteur. Le texte du dos de la boîte, quant à lui, nous laisse croire qu'on a affaire à un clone de Yam’s.

Si vous persévérez et ouvrez la boîte, vous découvrez qu'il s'agit d'un jeu de « Sid Jackson » (sic).

En fait, Einstein est un concentré de jeu intelligent, dans lequel le hasard occupe finalement peu de place (sauf si vous perdez).

À chaque tour de jeu, on jette cinq dés, puis chacun décide comment il inscrit ces dés sur sa feuille. Il faut additionner deux dés pour former un total de 2 à 12, et deux autres dés pour former un second total (qui peut être le même). On coche alors une case sur la ligne correspondant à chacun de ces totaux. Le cinquième dé est affecté à la colonne 5, qui sert un peu de temporisateur. Trois valeurs sont possibles pour chaque joueur, et dès qu'une de ces trois valeurs a été inscrite huit fois, la partie est terminée pour le joueur.

Le décompte est astucieux :

  • chaque ligne simplement commencée (une à quatre coches) fait perdre 200 points
  • chaque ligne cochée cinq fois vaut 0
  • chaque ligne cochée plus de cinq fois rapporte de une à cinq fois la prime notée en début de ligne, selon qu'on a dépassé de 1, 2, 3, 4 ou 5 coches.

Comme dans le fameux Can’t Stop du même auteur, il faut choisir entre les investissements peu risqués et peu rémunérateurs, et ceux plus rémunérateurs mais plus risqués.

Fabriquer son jeu

Le jeu est pratiquement introuvable. En attendant une hypothétique réédition, on peut facilement y jouer avec cinq dés et des feuilles de marque qu'on trouvera dans la règle.

On peut aussi imaginer des plans de jeux avec des pions, comme par exemple ci-dessous :


  Crédit photo : Chris Conboy sur BoardGameGeek

Retrouvez cette image
sur BoardGameGeek

· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
2 août 2009