Titre

Istanbul

alias Istanbul - Moka et Bakchich
Auteur Rüdiger Dorn  
Éditeurs Éditions du Matagot  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur

Pegasus  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2014
Joueurs 2 à 5
Public ados, adultes
Durée 1 h
Caractéristiques multiprimé, tablier modulaire
Mécanisme fret, logistique
Thème Orient
Emplacements étagères du rayon I, jeu commençant par I, rayon I
Deutscher Spiele Preis 2e Prix 2014
Kennerspiel des Jahres Jeu de l’année connaisseurs 2014
Swiss Gamers Award 1er Prix 2014
Site officiel
Règle du jeu
Vidéorègle
Résumé
Ressources


Le jeu sur BDML


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Jedisjeux


Le jeu au Club de La Rochelle


Le jeu chez Ludo le gars


Le jeu sur Tric Trac


Le jeu sur Vin d’jeu
· Prédécesseurs · Successeur · Parenté · Biblio · Ressources

Comme de très nombreux jeux de gestion dits « à l'allemande », Istanbul est basé sur le principe « j'achète des machins qui permettent de gagner des bidules qui permettent de gagner la partie ». Néanmoins, Istanbul apporte pal mal de nouveauté à ce genre pourtant rebattu.

Le mécanisme le plus intéressant est certainement celui du déplacement au cours duquel on pose ou reprend des marqueurs. Du fait de ce mécanisme, chaque joueur crée son petit circuit dont il devra cependant dévier s'il souhaite explorer d'autres cases, pour acquérir des denrées ou des avantages différents.

Les parties sont d'une durée adaptée. Chacune d'elles sera différente du fait du tablier modulable.

Et on y rejoue toujours avec grand plaisir.

2015 : Istanbul - Moka et Bakchich

Une nouvelle denrée fait son apparition au marché : le café !

Le tablier passe de 16 à 20 cases et le jeu gagne un peu en complexité et beaucoup en plaisir.

Une extension indispensable.

Successeur, semblable

Bibliographie

· Prédécesseurs · Successeur · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
20 décembre 2015