Titre

Kohle, Kies & Knete

alias C’est moi le patron !
I’m the Boss
Auteur Sid Sackson  
Éditeurs Face 2 Face Games  
Schmidt  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 1994
Joueurs 3 à 6
Public ados, adultes
Durée 1 h
Mécanismes commerce, troc, enfoirés et autres goujats
Emplacements étagères du rayon K, jeu commençant par K, rayon K
Spiel des Jahres Sélectionné 1994
Règle du jeu
Vidéorègle
Ressources


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Jedisjeux
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Certains considèrent Kohle, Kies & Knete comme le meilleur jeu de Sid Sackson. En fait, quand on considère son œuvre, on est frappé par la diversité et la qualité de la production, dans laquelle il n'y a pas grand-chose à jeter !

KKK, comme l'appelle ses intimes, est un excellent jeu d'enfoirés et de négociations. Le seul but est de s'enrichir, et toutes les méthodes sont bonnes.

Pour emporter des contrats, un certain nombre de personnages sont exigés à la table des négociations. Aucun joueur ne peut tous les posséder, il faut donc faire appel aux collègues et adversaires pour emporter le magot. Souvent les partenaires sont exigeants, et il faut savoir calmer leur appétit.

Quand vous croyez avoir bouclé une affaire, un des négociateurs part en voyage. Ne vous inquiétez pas, un de ses cousins va se présenter, et il sera certainement encore plus exigeant. Parfois même vous vous ferez rafler une affaire pratiquement conclue.

Mais il n'y a pas qu'à vous qu'il arrive des malheurs : vous pouvez aussi en faire subir à vos adversaires-partenaires.

Le jeu a été réédité en 2003 sous le nom de I'm the Boss chez Face 2 Face Games. La règle est en quatre langues, dont le français.

Bibliographie

  • Plato n° 50 Afficher le sommaire
    des jeux abordés
    dans « Plato n° 50 »
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
avant 2009