Titre

Lumens

alias Glüx
Auteur Jakob Andrusch  
Éditeurs Atalia  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur

Queen Games  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2016
Joueurs 2 à 4
Public enfants, ados, adultes
Durée 30 min
Caractéristiques jeu de pions, tablier carré et pions, tablier 15 x 15 cases et pions
Mécanisme majorité
Emplacements étagères du rayon L, jeu commençant par L, rayon L
Règle du jeu
Vidéorègle
Ressources


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Jedisjeux


Le jeu sur LudiGaume


Le jeu chez Ludo le gars


Le jeu sur Tric Trac


Le jeu sur Vin d’jeu
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Une fois n'est pas coutume, la présentation de Lumens commencera pas l'expression d'une déception.

Le matériel de Lumens n'est pas à la hauteur du jeu. On excusera la faute d'orthographe de la couverture : « Soyez brilliant ! » (avec un "i" comme en anglais) au lieu de « Soyez brillant ! ». On ne comprend pas la médiocrité des pions et des marqueurs, en carton ordinaire quand on aurait tant aimé trouver de lourds pions en résine, ou tout au moins en carton épais. Il faut espérer qu'aucun joueur aux mains humides ne manipule les pièces du jeu ! Ceci est d'autant plus regrettable que le jeu présente un réel intérêt.

Lumens est un jeu de majorité avec une petite part de hasard puisqu'il y a un tirage. Cependant, ce hasard est atténué puisque tous les joueurs disposent du même ensemble de pièces. Le hasard n'intervient donc que dans le moment où ces pièces arrivent en main. Chacun garde en main la prochaine pièce qu'il pourra jouer. On aurait pu concevoir que ces pièces soient visibles, mais cela aurait augmenté considérablement le temps de réflexion et donc le temps de jeu.

L'astuce, c'est que chaque pièce posée a un double effet. D'une part, elle a une valeur pour le décompte de la région où elle est posée. D'autre part, elle permet de poser de futures pièces à une distance déterminée par sa valeur. Les pièces les plus fortes ont donc un double intérêt : compter beaucoup dans les décomptes et propulser loin une nouvelle pièce. Ceci est atténué par l'impossibilté de sauter une pièce amie ou adverse déjà posée.

Le jeu se révèle très différent selon le nombre de joueurs. À deux, il est très tactique, tandis qu'à quatre les situations se renversent très rapidement. Pour redonner un caractère stratégique, je ne saurais que trop vous recommander de jouer à quatre en équipes, en totalisant vos scores en fin de partie.

· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
29 octobre 2017