Titre

La Mémo mobile de Mickey

Auteur non mentionné  
Éditeur TF1 Games  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2007
Joueurs 2 à 4
Public bambins, adultes
Durée 15 min
Caractéristiques non vu ailleurs, anciennement dans la collection, vidéo en ligne
Mécanisme mémoire
Thèmes BD ou dessin animé, Disney
Emplacement hors collection
Règle du jeu
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Amateurs de Simon, réjouissez-vous. Avec la Mémo Mobile de Mickey vous allez pouvoir jouer tout en affinant votre ligne. En effet, il s'agit à la fois d'un jeu de mémoire électronique, et d'un jouet mobile qui vous fera marcher une bonne dizaine de mètres à chaque partie, sans même vous apercevoir que vous faites du sport ! Vous jouez, et en même temps vous perdez vos kilos superflus !

Théoriquement prévu pour les 4 à 7 ans, la Mémo Mobile de Mickey se révèle particulièrement ludique avec les grands enfants.

Le principe est très simple : la voiture avance en rebondissant sur les meubles du salon, puis s'arrête en émettant un son :

  • clic-clic, fait l'appareil photo de Minnie
  • ho-ho-ho, s'exclame Mickey
  • ouaf ouaf, jappe Pluto
  • coin-coin, caquète Donald
  • pouêt-pouêt, répond la voiture en allumant ses phares

Il suffit de répéter le son, en appuyant sur le bon bouton de la télécommande. La voiture repart alors et s'arrête un peu plus loin, en émettant une séquence de 2 sons, puis 3, puis 4, etc. Après chaque séquence réussie, on passe la télécommande au joueur suivant. Le premier qui se trompe a perdu.

Archéoludologues, ne loupez pas ce chaînon manquant entre le jouet et le jeu.

Mémo Mobile GN

Pour voir la Mémo Mobile de Mickey en grandeur nature, c'est dans les séjours Rêves de Jeux et nulle part ailleurs… La séquence suivante a été tournée en août 2008.

 La vidéo de Rêves de Jeux sur Youtube

· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
9 mars 2008