Titre

Metromania

Auteur Jean-Michel Maman  
Éditeur Spiel-ou-Face  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2006
Joueurs 2 à 4
Public ados, adultes
Durée 45 min
Caractéristiques inadapté aux daltoniens, pièces triangulaires
Mécanismes gain par score, maîtrise
Thèmes transports, voies ferrées
Emplacements étagères du rayon M, jeu commençant par M, rayon M
Règle du jeu
Ressources


Jouer sur Board Game Arena


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Jedisjeux


Le jeu sur LudiGaume


Le jeu chez Ludo le gars


Le jeu sur Tric Trac
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Dès la première partie, j'ai été enthousiasmé par Metromania. Je me suis dit : « On va encore raconter que je dis du bien d'un jeu parce qu'il s'agit d'un jeu de train et d'un jeu de connexion, que je m'emballe un peu vite, que mon avis est à prendre avec des pincettes… ».

 

Il est vrai que j'aime les jeux de train. Il est également vrai que j'aime les jeux de connexion.

Mais ce qui est indéniable, c'est que j'accumule avec un bonheur croissant les parties de Metromania, que j'y participe moi-même ou que je me cantonne à les mettre en place.

À première vue, on pourrait croire qu'il s'agit d'un énième jeu de pose de rails, après d'autres jeux très réussis. Je ne nierai pas qu'on construit ici des lignes de métro. Mais le jeu atteint des sommets dans son genre, avec des parties rapides et toujours différentes, malgré une place laissée au hasard minime ou inexistante, si on joue l'une des variantes proposées.

La subtilité du jeu tient dans son but. Certes on construit des lignes. Certes on essaye de les finir. Mais le vrai but du jeu est se placer au mieux, pour être le meilleur prestataire dans les sept courses qui détermineront le score en fin de partie. Pendant la partie, on marque bien quelques points en créant des stations ici ou là. Mais en y regardant de plus près, on voit très vite que ces points ne sont qu'illusions, tant les enjeux des sept courses finales sont importants.


 Une fin de partie (crédit photo Ludovic Gimet)

Il nous reste à espérer que Metromania connaisse le succès qu'il mérite, que Jean-Michel Maman épuise rapidement sa première édition, qu'il ait les moyens de se payer un illustrateur, et qu'il décide de sortir une nouvelle édition avec un plan de jeu et des pions plus grands pour mes gros doigts. Metromania mérite une plus belle édition et, pourquoi pas alors, les trois cœurs de l'Escale à jeux.

Bibliographie

· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
avant 2009