Titre

Le Marché de Samarkand

alias Bab’A Orum - Le Grand Souk
Auteur Bruno Fricout  
Éditeurs Krok Nik Douil  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur

Millennium  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2010
Joueurs 3 à 5
Public enfants, ados, adultes
Durée 30 min
Caractéristique cartes
Mécanismes combinaisons, enchères
Thèmes Orient, Perse, Arabie
Emplacements étagères du rayon M, jeu commençant par M, rayon M
Festival d’Ugine Prix du jury 2009
Site officiel
Règle du jeu
Ressources


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Jedisjeux


Le jeu sur Tric Trac

Le Marché de Samarkand n'est pas le premier jeu qui prend pour thème la mythique ville orientale. Le bazar évoqué par le titre et le couvercle de la boîte, vous allez y vivre pendant la demi-heure que dure une partie. Et comme toujours au bazar, s'il y a de bonnes affaires à réaliser, certains y sont plus habiles que d'autres.

Le Marché de Samarkand est constitué de phases successives d'enchères descendantes. Le vendeur égrène les prix jusqu'à ce qu'un joueur crie « Stop » ou « J'achète » ou « Je suis vivement intéressé par cette superbe denrée que vous proposez à un tarif réellement avantageux » (personnellement, je vous conseille plutôt « Stop »). Cela a pour effet de suspendre provisoirement les enchères. Tous les joueurs qui ont arrêté les enchères en même temps, ou dans un laps de temps assez proche, posent alors la main sur la carte du marché qui les intéresse. Mais si plusieurs joueurs veulent la même denrée, elle risque fort de disparaître pour tout le monde.

Bien sûr, toutes les marchandises ne se valent pas. La difficulté, c'est qu'il faut à la fois réunir un nombre important de cartes de même valeur, collectionner des cartes de forte valeur dans la couleur où l'on en possède le moins, mais aussi se préoccuper des chameaux pour le transport.

Autant dire que le jeu n'est pas de tout repos, d'autant qu'il faut aussi surveiller ce qu'achètent les concurrents, pour ne pas leur laisser constituer de trop grosses collections.

Une belle mécanique, aussi simple que complexe, et de bien belles illustrations : Le Marché de Samarkand est à essayer absolument, même si vous êtes plutôt rétif aux jeux d'enchères.

 

François Haffner
5 septembre 2010