Titre

L’Or des étoiles

Auteur Johann Rüttinger  
Éditeur Ravensburger  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 1989
Joueurs 2 à 4
Public bambins
Durée 15 min
Thème espace, astronomie
Emplacements jeu commençant par N, réserve N
Règle du jeu
Ressources


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Tric Trac
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

L'Or des étoiles, d'après le conte des frères Grimm, est destiné aux très jeunes joueurs. De fait, la règle est élémentaire, et les choix fort restreints. Après avoir jeté le dé, le joueur décide s'il va vers la première colonne à gauche ou à droite de même couleur que le dé. Il ramasse alors une étoile.

À la fin, on compte les étoiles ou on en fait une pile, si on ne sait pas compter…

« Les Ducats tombés du ciel »

Un conte de Whilhelm et Jacob Grimm
version française Hachette 1875

Il était une fois une petite fille dont le père et la mère étaient morts. Elle était si pauvre qu'elle n'avait ni chambre ni lit pour se coucher ; elle ne possédait que les vêtements qu'elle avait sur le corps, et un petit morceau de pain qu'une âme charitable lui avait donné ; mais elle était bonne et pieuse.
Comme elle était abandonnée de tout le monde, elle se mit en route à la garde du bon Dieu. Sur son chemin, elle rencontra un pauvre homme qui lui dit :
- Hélas ! J'ai si grand' faim ! donne-moi un peu à manger.
Elle lui présenta son morceau de pain tout entier en lui disant :
- Dieu te vienne en aide ! et continua de marcher.
Plus loin, elle rencontra un enfant qui pleurait, disant :
- J'ai froid à la tête ; donne-moi quelque chose pour me couvrir.
Elle ôta son bonnet et le lui donna. Plus loin encore elle en vit un autre qui était glacé faute de camisole et elle lui donna la sienne ; enfin un dernier lui demanda sa jupe, qu'elle lui donna aussi.
La nuit étant venue, elle arriva dans un bois où un autre enfant lui demanda une chemise. La pieuse petite fille pensa : « Il est nuit noire, personne ne me verra, je peux bien donner ma chemise » et elle la donna encore.
Ainsi elle ne possédait plus rien au monde. Mais au même instant les étoiles du ciel se mirent à tomber, et par terre elles se changeaient en beaux ducats reluisants et, quoiqu'elle eût ôté sa chemise, elle en avait une toute neuve, de la toile la plus fine. Elle ramassa les ducats et fut riche pour toute sa vie.

· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
22 juin 2008