Titre

Piratatak

alias Diamoniak
Auteur Grégory Kirszbaum  
Éditeur Djeco  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2008
Joueurs 2 à 4
Public bambins, enfants, ados, adultes
Durée 15 min
Caractéristique pour nanas
Mécanismes collecte, stop ou encore
Thèmes bateaux, fantastique, pirates et corsaires, transports
Emplacements jeu commençant par P, rayon P, tiroirs du rayon P
Règle du jeu
Ressources


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur LudiGaume


Le jeu sur Mon petit LudiGaume


Le jeu sur Jeux de NIM


Le jeu sur Plateau Marmots


Le jeu sur Tric Trac
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

2008 : Piratatak, pour nous les mecs !

Piratatak est un jeu de pioche et de « stop ou encore » à destination des jeunes pirates.

Au début, on pioche une première carte obligatoire. On peut ensuite continuer à piocher, mais le risque de voir apparaître un pirate s'accroît. Car trouver un pirate, c'est perdre trois cartes durement acquises.

On peut gagner des pièces d'or, qui permettent de racheter des morceaux de bateau à un adversaire.

Contrairement à ce qui se passe dans la plupart des jeux de ce type, la première pioche peut déjà provoquer une catastrophe : il y a huit cartes de pirates, ce qui n'est pas négligeable.

On peut décider, pour éviter des frustrations inutiles et pour abréger un peu la partie, qu'un pirate tiré en première carte n'a pas d'effet si on arrête immédiatement de piocher. De fait, Piratatak se prête facilement à des variantes.

2009 : Diamoniak, pour nous les nanas !

Diamoniak est le même jeu que Piratatak ou, plus exactement, c'est la version « nanas » du même jeu. Seul le thème change.

Je vous invite donc à vous référer à la présentation ci-dessus…

Bibliographie

  • Plato n° 30 Afficher le sommaire
    des jeux abordés
    dans « Plato n° 30 »
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
11 septembre 2011
23 septembre 2012