Titre

Quibbix

Auteur Gilbert Obermair  
Éditeurs Intelli  
Ravensburger  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 1980
Joueurs 1 à 6
Public enfants, ados, adultes
Durée 30 min
Mécanismes expression, mots et lettres
Emplacements étagères du rayon Q, jeu commençant par Q, rayon Q
Spiel des Jahres Sélectionné 1981
Règle du jeu
Ressource


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Si Quibbix ressemble à première vue à un jeu de lettres, c'est avant tout un jeu de communication et de convivialité.

  

Le but n'est pas de former des mots qu'on vérifiera éventuellement dans le dictionnaire, mais plutôt d'en proposer qu'il s'agira ensuite de faire valider à l'unanimité par les autres participants.

Ce concept est difficile à admettre pour un joueur francophone. Il l'est bien plus pour un germanophone, dont la langue ne dispose pas d'un dictionnaire complet et exhaustif. Il est en effet toujours possible de créer de nouveaux mots en allemand.

C'est là la limite de Quibbix en français. Et si l'on joue avec une règle stricte, du style « tous les mots doivent être dans le dictionnaire », on perd tout le sel du jeu. La règle dit en effet qu'un mot est valable s'il peut se trouver dans un journal grand public, sans avoir besoin d'explication. On pourrait ainsi considérer qu'un nom de personne est admis s'il ne nécessite pas de note pour expliquer aux lecteurs de qui il s'agit. Il reste cependant à déterminer ce qu'on entend par « journal grand public » : tel conseiller général ne nécessite pas de renvoi de bas de page dans « L'Éclair de la République du Poitou-Provence », mais en nécessiterait un dans « Le Monde ».

Peut-être le cartésianisme français est-il peu adapté à Quibbix. À vous de voir, selon l'esprit de votre cercle de joueurs.

· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
27 février 2011