Titre

Schachen

alias Chess Me
Auteurs Heinrich Glumpler  
Matthias Schmitt  
Éditeurs Edition Erlkönig  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur

Mücke Spiele  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2011
Joueurs 2
Public enfants, ados, adultes
Durée 30 min
Caractéristiques innovation, traditionnel ou issu de…
Mécanismes échecs, gain par capture
Emplacements jeu commençant par S, rayon S, tiroirs du rayon S
Site officiel
Règle du jeu
Vidéorègle
Ressource


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek

Les jeux imaginés autour du principe des échecs sont très nombreux et, généralement, peu intéressants. Malgré une apparence peu engageante, Schachen / Chess Me est une véritable innovation dans un domaine pourtant galvaudé. Pour en profiter, il suffit d'être un piètre joueur d'échecs. Nul besoin de connaître les subtilités de la défense sicilienne

Cliquez pour en savoir
plus sur Wikipédia
, ni de maîtriser la variante Lasker du gambit dame refusé

Cliquez pour en savoir
plus sur Wikipédia
 ! La simple connaissance du déplacement des pièces suffit.

Le but est toujours de mater le roi adverse, mais le combat est ici uniquement tactique. Il y a aussi une part de hasard du fait de la pioche des pièces au cours de la partie. Les déplacements ont été adaptés au terrain particulier du jeu, caractérisé par l'absence de tablier. Regardez bien la photo : on voit la table verte sous les pièces. Non, je n'ai pas oublié de déplier l'échiquier, il est totalement virtuel.

Les changements par rapport aux règles traditionnelles sont peu nombreux. Le roi ne peut pas reculer, sauf pour prendre. Un pion qui atteint la ligne du roi adverse est promu. Surtout, le tour de jeu est différent. On doit d'abord obligatoirement déplacer une pièce, puis facultativement introduire une des trois autres qu'on a piochées au départ. Un pion entre en jeu à droite ou à gauche d'un autre pion ; une pièce majeure entre à l'arrière d'un pion. La logique des échecs est respectée ! Du fait de cette introduction de pièce, on peut tout à fait porter un échec au roi avec une pièce, tandis qu'une pièce introduite ensuite va porter une autre menace ailleurs, voire porter un double échec.

On enchaîne les parties avec un grand plaisir, d'autant plus qu'elles dépassent rarement un quinzaine de minutes.

Il ne vous reste plus qu'à persuader votre vendeur de commander Schachen, car il est malheureusement difficile à trouver en France à l'heure où j'écris cette présentation.

 

François Haffner
3 juin 2012