Titre

Stellium

Auteur Rémi Saunier  
Éditeurs Ankama  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur

Blackrock Games  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2017
Joueurs 2 à 4
Public ados, adultes
Durée 45 min
Caractéristique un seul pion pour tous
Mécanismes gain par arrangement, gain par score, objectif secret, sens du toucher
Thème espace, astronomie
Emplacements étagères du rayon S, jeu commençant par S, rayon S
Règle du jeu
Ressources


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Tric Trac


Le jeu sur Vin d’jeu
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Stellium renouvelle agréablement l'univers des jeux d'arrangement. Les billes (pardon, les astres) qui sortent du sac rejoignent le plan de jeu et provoquent des transformations. Les déplacements d'astres et autres rotation de galaxies modifient continuellement les emplacements des astres. Puisqu'il est difficile de programmer un objectif, on essayera plutôt de profiter de la situation à l'instant donné et d'en tirer le meilleur parti.

La grande originalité du jeu réside dans le choix de l'astre que l'on pioche dans le sac. Les quatre billes ont non seulement des couleurs mais aussi des rugosités différentes. Vous disposez de cinq secondes pour trouver au toucher l'astre qui répondra à vos désirs. L'étoile jaune est facile à reconnaître mais pour les trois autres astres, c'est une autre affaire.

La combinaison de ces divers mécanismes — objectif secret, reconnaissance au toucher et arrangement — donne un jeu étonnant et très addictif. Les parties sont assez rapides. On peut jouer à quatre ou à trois, mais c'est à deux joueurs que le jeu est le moins hasardeux.

On y (re)joue quand vous voulez !

Bibliographie

  • Plato n° 108 Afficher le sommaire
    des jeux abordés
    dans « Plato n° 108 »
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
Paul Lequesne
17 décembre 2017