Titre

Take it to the Limit!

Auteur Peter Burley  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’auteur
Éditeur Burley Games  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2006
Joueurs 2 à 6
Public enfants, ados, adultes
Durée 30 min
Caractéristiques adapté aux daltoniens, dominos, dominos hexagonaux, jeu de pions, tablier d’hexagones et pions, tablier de 7 hexagones et pions, tablier de 37 hexagones et pions, variante
Mécanismes duplicate, permutations, tirage unique pour tous
Emplacements étagères du rayon T, jeu commençant par T, rayon T
Règle du jeu
Ressource


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek
· Prédécesseur · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Take it to the Limit! est le successeur de Take it Easy!

Le principe de base est le même, mais la taille change. On passe en effet de vingt-sept tuiles par joueur à soixante-quatre, c'est-à-dire toutes les tuiles formées par les intersections de quatre lignes verticales, quatre diagonales descendantes, et quatre diagonales montantes. La valeur des lignes va donc jusqu'à douze.

Ces tuiles reçoivent également un nouvel attribut : trente-deux sont parées d'un soleil et trente-deux d'une lune. Enfin, quelques tuiles sont marquées d'un bonus : quarante en argent ou quatre-vignts en or.

Si le principe de base de Take it Easy! est bien inchangé, quelques subtiles modifications ont été faites pour s'adapter à la taille du nouveau jeu. Celui-ci est désormais proposé avec deux règles, qui se pratiquent sur deux tabliers différents : Orchid et Nexus.

Orchid

La première face représente un tablier de 22 cases plus 3 orchidées.

On convient de n'utiliser que la moitié des tuiles, soit celles avec une lune, soit celles avec un soleil. Il y aura donc au total 32 tuiles parmi lesquelles seules 22 à 25 seront tirées, donc une proportion de 68 à 78%.

L'idée, c'est que trois fois dans la manche on pourra mettre de côté une tuile en la plaçant sur la grosse orchidée en bas du plan de jeu. En fin de partie, on décide d'ajouter ou non de 1 à 3 tuiles sur les orchidées, en analysant les gains et pertes qui en résulteraient. Les lignes de bord, si aucune tuile n'est posée sur l'orchidée, sont considérées comme des lignes de quatre tuiles, et décomptées en conséquence. Ajouter une tuile sur une orchidée revient à passer le bord de 4 à 5 tuiles et deux lignes intérieures de 2 à 3 tuiles. À vous de décider en calculant les conséquences.

L'intérêt du tablier Orchid est essentiellement la rapidité de la partie, idéale en fin de dîner par exemple.

Nexus

Nexus est composé de deux tabliers. Le principal est un hexagone de 4 cases de côtés. À côté se trouve un petit tablier de 2 cases de côtés, la « déchetterie ».

On joue avec la totalité des 64 tuiles. Au total, on placera sur les deux tabliers. Pendant le jeu, il sera tiré 44 tuiles. À vous de décider si vous mettez la tuile tirée sur le tablier principal ou dans la déchetterie. Il faut cependant veiller à organiser proprement celle-ci, car si vous ne parvenez pas à y marquer 60 points de l'une des trois manières autorisées, vous devrez déduire 60 points de votre total final.

Les parties de Nexus sont plus longues et plus tendues. D'autre part, elles utilisent la totalité des possibilités du jeu, avec les bonus de lune ou de soleil, ainsi que les bonus d'argent et d'or.

Les Bonus de fin de partie

Une prime non négligeable est offerte pour votre plus longue ligne de soleils ou de lunes, même si cette ligne n'est pas constituée de nombres identiques. C'est un peu la prime de consolation dans ce jeu où il est impossible de créer des tableaux complets. Cette prime n'a bien sûr pas lieu d'être dans la variante Orchid, où toutes les tuiles portent une lune ou un soleil.

Les tuiles d'argent (40) et d'or (80) sont évaluées en fin de partie. Si par une de ces tuiles passent 3 lignes parfaites, vous marquez le bonus complet. S'il n'en passe que deux, vous marquez quand même la moitié.

Variantes Escale à jeux

Take it Big Easy!

On joue selon la règle normale de Take it Easy!, sans tenir compte des bonus. La tablier est légèrement agrandi avec neuf cases supplémentaires disposées comme montré ci-contre :

L'intérêt est de rester en terrain connu pour les amateurs de Take it Easy!

Au total, on tirera 45 tuiles sur 64, soit 71,8% des tuiles.

On est donc très proche de Take it Easy, où l'on tire 19 tuiles sur 27, soit 70,4%. La fréquence moyenne d'un chiffre est de 12 : 64 × 45 soit 8,43. Sachant que les lignes les plus longues font 8 cases, à vous de positionner judicieusement les tuiles qui arrivent.

Pour transformer votre tablier de Nexus en tablier de Big Easy, il suffit de coller quelques pastilles sur 3 des côtés de l'hexagone. Cela ne gênera pas la vision quand vous jouerez au Nexus, et suffira à marquer les cases jouables quand vous jouerez à Big Easy.

Take it to the limit « avec des fleurs »

L'Escale à jeux vous propose de jouer à deux autres variantes avec la totalité des tuiles, sur un tablier agrémenté de quelques orchidées. La règle utilisée est donc celle d'Orchid.

Vous pouvez bien entendu appliquer les deux types de bonus. En fait, c'est bien vous qui décidez à quelle variante vous voulez jouer. La seule précaution utile est de vérifier avant le début de la partie que tous jouent bien la même variante…

Premier Open de France de Take it to the limit

C'est au cœur du nouvel espace ludique inauguré récemment à Pierre-Bénite que s'est déroulé, en août 2007, le premier Open de France de Take it to the Limit! en version Nexus Board.

Les joueurs locaux sont venus nombreux, mais on remarque quand même la participation d'un international.

Ce premier Open a consacré une habituée de ce type d'épreuve, suivie de peu par le premier international et la première junior.
Le reste du classement prenait les photos (on ne peut pas être à la foire et au moulin).

À l'an prochain, peut-être plus nombreux.

Prédécesseur, inspiration

· Prédécesseur · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
avant 2009