Titre

Was sticht ?

Auteur Karl-Heinz Schmiel  
Éditeurs Amigo Spiele  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur

Gigamic  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 1993
Joueurs 3 à 4
Public ados, adultes
Durée 1 h
Caractéristique cartes
Mécanismes levées, levées annoncées
Emplacements étagères du rayon W, jeu commençant par W, rayon W
Deutscher Spiele Preis 6e Prix 1994
Spiel des Jahres Sélectionné 1994
Règle du jeu
Ressources


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu chez Ludo le gars
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Le nom de Was sticht ? est un jeu de mot intraduisible, qui signifie aussi bien une « piqûre » qu'une « levée ».

Ce qui ressemble à un simple jeu de cartes est en réalité l'une des créations les plus complexes qu'il m'ait été donné d'essayer. L'auteur a détourné la règle du classique Barbu, pour créer un jeu étonnant d'innovation et d'intelligence.

La base est un jeu de levées à atouts. On est obligé de fournir à la couleur demandée, sans obligation de monter. Si on ne possède pas la couleur demandée, on peut couper, mais on n'y est pas obligé.
Il y a deux atouts : une couleur et une valeur. Si par exemple les atouts sont « Rouge » et « 3 », la carte la plus forte est le 3 Rouge, puis les autres 3, puis les autres Rouges (9, 8, 7, 6, 5, 4, 2, 1), et enfin les cartes ordinaires. Mais il peut ne pas y avoir de couleur d'atout ou de valeur d'atout.

D'habitude, c'est à ce moment de l'explication que quelqu'un dit : « Vas-y, distribue les cartes, on va essayer ». Attendez ! Vous allez voir que ce n'est pas si simple…

Le but du jeu est d'être le premier à réaliser tous ses contrats. Les contrats sont du type « faire exactement trois plis », « faire le dernier pli », « ne pas ramasser de jaune », « faire plus de plis que chacun des adversaires » etc. Au cours de chaque manche, vous choisissez l'un de vos contrats et le placez devant vous, visible des adversaires. Ils vont donc s'efforcer de réaliser leur contrat, tout en vous empêchant de réaliser le vôtre.

Première subtilité : à chaque manche, le donneur n'a pas de contrat. Son but est de réaliser le contrat d'un adversaire (il n'est pas tenu de le désigner au départ, ni de s'y tenir), tout en empêchant cet adversaire de le réaliser lui-même.
Seconde subtilité : les contrats sont de difficulté variable, et chacun a une cote. Si vous êtes le premier à réaliser tous vos contrats, vous gagnez, mais si vous êtes plusieurs à terminer en même temps, le gagnant est celui qui a réalisé les plus grosses cotes, éventuellement avec moins de contrats que vous !

Oui, mais : « Tous les jeux de cartes, c'est pareil, il faut avoir de la chance, et moi je n'en ai pas ! ».
Objection : ici les cartes sont certes mélangées, mais ensuite, elles ne sont pas distribuées : elles sont étalées en neuf colonnes de quatre cartes. Chacun à son tour va choisir une carte dans la première colonne. Le donneur, qui choisit en dernier et qui est le seul à connaître pour l'instant les atouts, annonce alors qui aurait gagné le pli s'il avait été joué. On peut donc commencer à supputer quels sont les atouts. On agit de même pour les huit colonnes suivantes, en décalant à chaque fois le joueur qui choisit en premier.
On « choisit » donc ses cartes, et il serait malvenu d'invoquer le manque de chance.
Lorsque toutes les cartes ont été choisies, le donneur dévoile les atouts à ceux qui ne les auraient pas encore déduits.

On choisit alors en secret l'un de ses contrats, et tous sont dévoilés en même temps. Le donneur, je vous le rappelle, n'a pas de contrat, mais a pour objectif de réaliser l'un des contrats adverses.

On passe ensuite au jeu de la carte à proprement parler, qui rappellera beaucoup les techniques du Whist ou du Barbu. À l'issue de la manche, ceux qui ne seront pas parvenus à réaliser leur contrat réintégreront celui-ci dans leurs contrats à réaliser. Sinon, ils l'écartent. Le donneur, s'il est parvenu à réaliser un contrat à la place d'un adversaire, peut écarter l'un de ses propres contrats au choix, même le plus cher.

Vous l'avez compris, Was sticht ? n'est pas un jeu léger. Il est plutôt réservé aux réunions amicales, où l'on a envie de taper le carton autrement que de manière classique. Les subtilités et la complexité du jeu raviront les experts, sans nécessiter la maîtrise de techniques ou d'apprentissages longs, comme au Tarot ou au Bridge contrat.

2007 : réédition en coffret

Was sticht ? a été réédité avec trois autres jeux dans la compilation 4 in 1.

Système de jeu ou compilation utilisé

Bibliographie

· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
avant 2009