Titre

Australia

Auteurs Michael Kiesling  
Wolfgang Kramer  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’auteur
Éditeur Ravensburger  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2005
Joueurs 2 à 5
Public enfants, ados, adultes
Durée 45 min
Mécanismes majorité, points d’action
Thèmes Australie, écologie
Emplacements étagères du rayon A, jeu commençant par A, rayon A
Règle du jeu
Ressources


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur LudiGaume


Le jeu chez Ludo le gars


Le jeu sur Jeux de NIM


Le jeu sur Vin d’jeu


Le jeu sur Wikipédia fr
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

En fait, j'exagère un peu quand je classe Australia dans les jeux à thème écologique… Certes, c'est écrit noir sur blanc dans la règle, mais on n'y croit pas une minute, pas plus qu'on ne croit participer au développement industriel du continent océanien.

Australia est un jeu de majorité, et même de double majorité. Les joueurs posent des pions sur des points aux frontières de différentes zones et des décomptes sont provoqués dans deux cas :

- Si le nombre de rangers est strictement égal à la valeur de la zone, on a un décompte. Il paraît qu'on procède à l'industrialisation de la région… Moi, je veux bien, mais on ne voit pas trop le rapport.
- Si tous les camps entourant une zone sont occupés, on procède aussi à un décompte. Là, comme vous vous en doutez, on fête l'achèvement d'un parc naturel !

Les décomptes, qu'ils soient « industriels » ou « écologiques » rapportent des points à tous les joueurs possédant des rangers à la frontière de la zone. Mais surtout, le joueur qui provoque le décompte marque un bonus de 3 points. Chacun cherche donc l'emplacement rêvé : celui qui déclenche deux ou trois décomptes d'un coup.

Les cartes permettent de jouer de un à quatre rangers. Une carte qui permet de poser moins de rangers offre en complément des dollars qui autorisent deux actions fondamentales : jouer une carte d'une autre couleur que la zone où on se trouve ou déplacer un précieux ranger, généralement pour déclencher des décomptes en cascade.

Le jeu est vraiment intelligent, dans la lignée des meilleurs jeux de majorité comme San Marco ou El Grande. De même intérêt que ces monuments ludiques, Australia est cependant beaucoup plus simple à comprendre et s'explique en quelques minutes. De ce fait, il peut intéresser un public familial, même si la quasi absence de hasard pourra rebuter certains. En plus, je suis amoureux des petits avions, même s'il leur manque les flotteurs pour se poser en mer. La règle est limpide et agréable à lire. Un résumé est disponible pour chaque joueur.

Les auteurs ont cru bon d'ajouter une variante avec une éolienne, qui complique à mon avis inutilement le jeu, sans lui apporter grand-chose. Je n'ai pas trouvé d'intérêt à cette variante, parfois appelée « Windmill » par les propriétaires de boîtes étrangères. La mienne venant de Ravensburger Belgique (Ravensburger France ne distribue hélas pas cet excellent jeu), elle est écrite en bon français, et les machines qui permettent de tirer l'eau du puits à l'aide de la force du vent s'y appellent des éoliennes, tout simplement.

Le jeu des 7 erreurs…

Il existe plusieurs boîtes, avec à chaque fois de petites différences (observez les avions). Si vous cherchez une version française, ne vous trompez pas de boîte !


  La version multilingue : français - italien - hollandais - anglais
  distribuée par Ravensburger Belgique - c'est celle que je possède

 
  Une version neutre                         La version allemande

Bibliographie

  • Plato n° 12 Afficher le sommaire
    des jeux abordés
    dans « Plato n° 12 »
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
avant 2009