Titre

Big Shot

Auteur Alex Randolph  
Éditeur Ravensburger  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2001
Joueurs 2 à 4
Public ados, adultes
Durée 1 h
Mécanisme enchères
Thème urbanisme, construction
Emplacements étagères du rayon B, jeu commençant par B, rayon B
Règle du jeu
Ressources


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Jedisjeux


Le jeu au Club de La Rochelle


Le jeu sur LudiGaume


Le jeu chez Ludo le gars


Le jeu sur Tric Trac
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

« Encore un jeu d'enchères ? », me direz-vous.

Pas du tout. Malgré les apparences, Big Shot n'est ni un jeu d'enchères comme l'excellent Modern Art, ni un jeu de pose de petits cubes comme El Grande ou San Marco. Ce n'est pas non plus un compromis entre les deux.

Les petits cubes sont disposés par paquets de quatre sur une piste. Un paquet ne peut pas être monochrome. Les joueurs reçoivent ensuite une identité (une couleur), et les paquets vont être mis en vente l'un après l'autre. Celui qui remportera la vente aux enchères gagnera le droit de placer les cubes comme il lui plaira sur le plan.

Dès qu'un quartier contient sept cubes, on regarde qui en est propriétaire. Si un joueur est seul majoritaire, le quartier est à lui. Si plusieurs joueurs sont ex-æquo, ils s'annulent et le quartier revient au troisième ou au quatrième (rappelons qu'Alex Randolph est aussi l'auteur de Stupide Vautour !).

Comme on le voit, ce n'est pas un simple jeu d'enchères. Tous les lots ne sont pas intéressants à prendre, et la part tactique dans la pose des cubes est primordiale. Mal jouée, elle peut anéantir les chances de gagner. Ajoutons que deux quartiers n'ont aucune valeur, sinon de multiplier la valeur des quartiers voisins de même propriétaire, et qu'en fin de partie, les quartiers qui ne sont pas entièrement remplis sont attribués selon les mêmes règles. Si par exemple ils contiennent deux rouges, deux jaunes et un noir, c'est le noir qui l'emporte. Le dernier lot est souvent le plus cher.

Comme ça ne suffisait pas, Alex Randolph a ajouté un mécanisme affreux d'emprunt d'argent. Un emprunt coûte toujours 10 millions. Mais la première fois, le banquier ne vous sort que 9 millions, le deuxième fois 8, et ainsi de suite. Vers la fin de la partie, il n'est pas rare de voir des joueurs emprunter 3 ou 4 millions au tarif usuraire de 10 millions, pour acquérir un lot qu'ils jugent indispensable.

Réellement innovant et intéressant, Big Shot mérite amplement sa bonne note sur l'Escale à jeux. On peut toutefois relever deux problèmes. D'une part, un nouveau joueur n'a que peu de chance de gagner contre des adversaires qui ont déjà joué deux ou trois fois, tant les mécanismes sont complexes et pervers. D'autre part, le jeu ne prend vraiment tout son intérêt qu'à quatre joueurs.

· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
avant 2009