Titre

Bluff

alias Perudo
Auteurs Richard Borg  
Alfredo Fernandini  
Cosmo Fry  
Éditeurs Asmodee  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur

FX - FX Schmid  
Jumbo  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur

MB  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 1993
Joueurs 3 à 6
Public enfants, ados, adultes
Durée 30 min
Caractéristiques multiprimé, dés
Mécanisme bluff
Thèmes Amérique précolombienne, histoire
Emplacements étagères du rayon B, jeu commençant par B, rayon B
Festival de Cannes As d’or « jeu de dés » 1995
Deutscher Spiele Preis 4e Prix 1993
Spiel des Jahres Jeu de l’année 1993
Site officiel
Règle du jeu
Vidéorègle
Résumé
Ressources


Jouer sur Board Game Arena


Jouer en ligne sur BSW


Le jeu sur BDML


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Jedisjeux


Le jeu au Club de La Rochelle


Le jeu sur LudiGaume


Perudo Dans le guide d’achat de Ludism


Le jeu chez Ludo le gars


Perudo sur Jeux de NIM


Perudo en test sur Le Repaire des jeux


Le jeu sur Tric Trac


Perudo sur Le Trou à rat


Le jeu sur Vin d’jeu


Perudo sur Wikipédia fr


Dudo sur Wikipédia fr
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

1993 : Bluff

Également connu sous les noms de Call my bluff, Liars Dice ou Perudo, Bluff est un intéressant jeu de bluff (au cas où vous ne l'auriez pas compris), rapide et amusant.

Trente dés spéciaux présentent cinq faces, de 1 à 5, et une face étoilée, qui fait fonction de joker.

Les joueurs jettent leurs dés, les conservent cachés, puis parient à tour de rôle sur les dés de la table. Comme au poker menteur, chaque annonce doit être supérieure à la précédente :

  • soit le nombre de dés doit être supérieur, peu importe la valeur du dé. Par exemple sur quatre dés avec un 5, on peut annoncer « sept dés avec un 2 » ;
  • soit le nombre de dés reste identique, mais alors il faut augmenter la valeur du dé. Par exemple sur quatre dés avec un 5, on peut dire « quatre dés avec un 6 ».

Il arrive donc un moment où le joueur suivant ne vous croit plus. S'il ne dit rien, il va devoir surenchérir, mais s'il dénonce, alors il va y avoir du sang. En gros, quelqu'un va perdre des dés, soit celui qui mentait, soit le dénonciateur calomnieux.

Amusant, mais cela méritait-il le prix du jeu de l'année ?

Dans un style très proche, je préfère nettement Limits d'Uwe Rosenberg

1995 : Perudo chez Parker

Perudo ne diffère de Bluff que par quelques détails.

Les trente dés spéciaux présentent cinq faces de 2 à 6 (au lieu de 1 à 5), et une face représentant un indien (ou un toucan, dans la version Asmodée) faisant fonction de joker.

L'enchaînement des combinaisons normales et de celles avec les As ou Paco est également légèrement différent. On peut ainsi passer de 4 X à 2 Pacos, alors que dans Bluff il fallait passer à trois As. Ce point de règle était plus conforme aux statistiques dans Bluff. La raison du changement est probablement due à la disparition du tapis de jeu, et donc à l'adoption d'une règle plus facile à mémoriser.

La règle Parker aborde les termes qui seront retenus dans les versions ultérieures : Dudo, Palifico, etc.

Elle propose une variante intéressante : Calza. Lorsque vous êtes persuadé que le joueur précédent a annoncé le nombre exact, vous annoncez « Calza ». On vérifie alors. Si le compte est effectivement exact, le joueur récupère un dé, sinon, il perd normalement un dé.

En dehors de cela, aucune autre différence entre Bluff et le Perudo de Parker.

2003 : Perudo chez Asmodée


   La dernière édition (Week-End Games / Asmodée)

Une curieuse confusion existe entre Perudo et Bluff. L'un des deux est-il antérieur ? Ou faut-il croire, comme indiqué sur la boîte Parker de Perudo, que le jeu nous vient des Incas ? C'est apparemment l'opinion admise aujourd'hui. Richard Borg, l'auteur de Bluff, affirme qu'il ne connaissait pas Perudo quand il a conçu son jeu. C'est tout à fait plausible, tant le jeu est simple, et c'est d'ailleurs ce qui fait son attrait.

La version de 2003, éditée par Asmodée, fait apparaître le nom de deux auteurs, qui seraient également propriétaires de la licence internationale. Comme tout cela est compliqué !

Attention ! Asmodée a considérablement modifié la règle de ce jeu traditionnel, à mon avis en la dégradant. En effet la règle, assez imprécise, énonce : « il doit proposer un nombre de dés ou une valeur de dé supérieur à la proposition précédente ». Cette phrase peut s'interpréter de différentes manières, vu le flou qui existe en français avec le terme « ou ». On voit bien qu'ainsi rédigée, la règle est extrêmement imprécise. Par exemple, on pourrait prétendre dire « deux dés de valeur 4 », suite à « cinq dés de valeur 3 », puisqu'on augmente bien la valeur du dé. Ah mais non, me direz-vous : si on augmente un nombre, il ne faut pas diminuer l'autre. Et où est-ce écrit ?, vous répondrais-je, armé de mon code civil ! Ce n'est écrit nulle part dans la règle. Il a donc fallu demander l'interprétation à l'éditeur, qui donne deux interprétations « officielles » sur son site (voir plus bas).

Un joueur vient de faire une annonce. C’est à mon tour de parler. Que puis-je annoncer ?

Vous pouvez :

  • Annoncer une nouvelle valeur de dé, qui doit être supérieure à ce qui a déjà été annoncé, mais en gardant le nombre de dés précédemment annoncé.
    Exemple : le joueur précédent vient d’annoncer six dés de valeur 4, vous pouvez annoncer six dés de valeur 5.
  • Augmenter le nombre de dés, tout en gardant la valeur précédemment annoncée.
    Exemple : le joueur précédent vient d’annoncer six dés de valeur 4, vous pouvez annoncer sept dés de valeur 4.
  • Annoncer « Dudo », si vous pensez que votre voisin ment.
  • Annoncer « Calza », si vous jouez la variante Calza, et si vous pensez que la dernière annonce est strictement exacte.

Est-ce que l’on peut proposer un nombre de dés inférieur, mais une valeur de dés supérieure ?

Non, aucun des deux éléments d’une proposition (nombre de dés, valeur des dés) ne peut être baissée, sauf dans le cas particulier des dés Paco.
Exemple : il est impossible de passer de cinq dés affichant 4 à quatre dés affichant 5.

Le problème, c'est qu'il s'agit là d'une interprétation très particulière (on pourrait la qualifier de « schismatique »), et surtout totalement étrangère à la règle originale, telle qu'on la trouve dans les boîtes Parker de 1995. En suivant cette interprétation, on a même prétendu m'interdire d'annoncer « cinq dés 4 », suite à une annonce « trois dés 2 », au prétexte que l'on ne pouvait augmenter l'une et l'autre valeur.

Il semble utile de rappeler que Perudo est un jeu traditionnel. Rien n'interdit à un éditeur de proposer une autre règle, mais il me semble qu'il ne peut, dans ce cas, présenter ses modifications comme des « réponses officielles ».

Il est donc prudent, lorsque vous décidez de jouer à Perudo, de préciser dès le départ si vous jouez à la règle officielle telle qu'écrite par Parker en 1995, ou alors à la règle modifiée par Asmodée en 2003.

Vous l'aurez compris, je préfère très nettement la version Parker, qui laisse beaucoup plus de liberté aux joueurs, et qui évite de ne souvent utiliser que les faces « Paco » et « 6 » de dés, qui possèdent quand même 6 faces !

Bibliographie

· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
avant 2009
7 septembre 2008