Titre

Elysium

Auteurs Matthew Dunstan  
Brett J. Gilbert  
Éditeur Space Cowboys  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2015
Joueurs 2 à 4
Public ados, adultes
Durée 1 h
Caractéristique cartes
Mécanismes amélioration de tableau, collecte, combinaisons
Thèmes Antiquité, Grèce antique, histoire
Emplacement étagères du rayon E
Kennerspiel des Jahres Sélectionné 2015
Site officiel
Règle du jeu
Vidéorègle
Ressources


Le jeu sur Les Avenjoueurs


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Jedisjeux


Le jeu au Club de La Rochelle


Le jeu chez Ludo le gars


Le jeu sur Jeux de NIM


Le jeu sur Tric Trac


Le jeu sur Vin d’jeu
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources
Une présentation par Johan Fraichard  
Quelques présentations sont rédigées par des amis de l’Escale à jeux, tous fins connaisseurs du domaine des jeux de société. Les notes sont attribuées par le webmestre.

Elysium est un jeu de combinaison de cartes, réalisé par Matthew Dunstan et Brett J. Gilbert, et illustré par Cari, Didier Poli, John McCambridge, Emmanuel Roudier, Vincent Dutrait, Eric Bourgier, Sylvain Guinebaud, Bruno Tatti et Pascal Quidault. Les joueurs incarnent des demi-dieux ambitieux qui cherchent à entrer dans la légende en rassemblant des artefacts et accomplissant des quêtes héroïques.

Le jeu est édité par Space CowboysElysium est disponible en boutiques spécialisées et VPC depuis le 20 février 2015 pour environ 45 €. Il se joue 2 à 4 joueurs à partir de 14 ans et les parties durent en moyenne une heure (tout dépend du nombre de joueurs autour de la table et du temps de réflexion de chacun).

Le but est d’avoir le plus de Points de Victoire (PV) à la fin de la partie et des cinq époques qui la composent.

L'Avis de Johan

Elysium, comme Loony Quest, fait partie de mes gros coups de cœur ludiques de ce début d’année 2015, même s’ils ne jouent pas dans la même catégorie. Ici on plonge dans l’Antiquité et la mythologie grecque et on se retrouve dans la peau d’un demi-dieu qui veut entrer dans la légende.

Les règles du jeu sont plutôt simples et assez faciles à expliquer, ce qui n’empêche pas le jeu d’avoir une belle profondeur, qui vous demandera de faire des choix. Ces derniers pourront s’avérer payants ou non, selon les stratégies de vos adversaires.

Elysium fait partie de ces jeux que j’affectionne et dans lesquels il n’y a pas une seule stratégie à adopter pour gagner. Une stratégie payante lors d’une partie précédente pourra s'avérer complètement improductive lors de la partie suivante.

Ce genre de jeux dispose donc d’une très belle rejouabilité en temps normal et ici c’est encore plus fort, puisqu’il y a au total 8 familles de cartes et qu’on n’en utilise que 5 à la fois. Il y a donc de nombreuses possibilités de mélange, rendant les parties différentes à chaque fois. De plus, le nombre de cartes présentes fait qu’il faudra plusieurs parties avant de voir toutes les cartes d’une même famille puis de parvenir à les optimiser.

Bien évidemment, comme il s’agit d’un jeu à base de cartes, il y aura toujours une part de chance. Certaines cartes qui vous intéressent pourront ne jamais voir le jour en cours de partie. Sans compter que vos adversaires peuvent se faire un malin plaisir de vous souffler une carte afin de faire capoter votre belle légende. C’est d’ailleurs là que réside toute la complexité du jeu : parvenir à établir des stratégies, garder les colonnes nécessaires à l’obtention des cartes ou quêtes qui nous tentent, etc. tout en sachant que vos adversaires convoitent peut-être les mêmes. Vaut-il mieux privilégier la quête n°1 pour être sûr de jouer en premier par la suite ou s’emparer de la carte qu’il faut pour compléter une légende, au risque d’être dans les derniers à jouer ?

Il vous faudra donc toujours vous adapter et faire preuve d’opportunisme en sautant sur les bonnes occasion lorsqu’elles se présentent à vous, quitte à changer complètement de cap au niveau de votre stratégie. Les pouvoirs des cartes sont variés et permettent de faire de jolis combinaisons. Le guide des cartes est d’ailleurs très plaisant, puisqu’en plus d’expliquer en détail le fonctionnement de ces dernières, il nous apprend également des éléments intéressants sur la mythologie, les personnages, etc. présents sur la carte. Se cultiver tout en jouant, c’est toujours un régal et un petit plus bien sympathique.

Je tiens également à tirer un coup de chapeau aux Space Cowboys qui ont eu la bonne idée de faire appel à de nombreux illustrateurs très talentueux, dont certains issus du monde de la BD (en fan de BD que je suis, ça ne pouvait que me faire plaisir ), afin de conférer une identité visuelle propre à chaque famille, tout en gardant une cohérence graphique générale.

Cela peut semble anodin, mais c’est vraiment un très gros plus du jeu puisque ça permet de renforcer le fait que chaque famille à un style de jeu différent, ça peut également éventuellement permettre à certains joueurs d’essayer de jouer par affinité graphique (ou couleur de famille).

Donc voilà chapeau bas à Cari, Didier Poli, John McCambridge, Emmanuel Roudier, Vincent Dutrait, Eric Bourgier, Sylvain Guinebaud (dont je suis super fan du travail que ce soit en BD ou ailleurs !), Bruno Tatti et Pascal Quidault, tous ces illustrateurs super talentueux qui ont su rendre à merveille l’ambiance de l’époque et nous permettent de nous immerger sans problème dans l’antiquité et la mythologie grecque.

Le thermoformage de la boîte est une fois de plus très joli (après le magnifique thermoformage de Black Fleet en forme de crâne) puisqu’il représente un temple grec ! L’espace pour les cartes a également été prévu afin que vous puissiez protéger vos cartes. Néanmoins je le trouve moins pratique que leurs thermoformages précédents, il n’est pas vraiment intuitif et je ne sais donc pas si j’ai mis les éléments aux endroits où ils sont supposés être. Bien que l’emplacement des cartes soit prévu pour qu’elles soient protégées, il est ensuite assez difficile de les en sortir, sans enlever le thermoformage afin de les pousser par en-dessous (mais bon c’est peut-être moi qui ne les ai pas mises au bon endroit dans la boîte).

Comme pour Deus, je regrette également qu’il n’y ait pas un petit calepin de score dans la boîte, afin de faciliter le comptage de points en fin de partie et pouvoir en garder une trace. Hormis ces petits points de détail, le jeu est vraiment nickel chrome avec du matériel d’excellente facture qui tient bien le coup.

En bref, Elysium est un excellent jeu, facile à prendre en main mais néanmoins très riche au niveau des possibilités de victoire, des combinaisons de cartes et des stratégies à adopter en cours de partie. Les illustrations avec des pattes graphiques différentes sont de toute beauté, permettant une immersion facile dans le monde de l’antiquité et de la mythologie grecque, tout en gardant une belle cohérence générale. Un jeu à posséder si comme moi vous avez apprécié des jeux tels que Deus et Abyss par exemple.

Bibliographie

  • Plato n° 76 Afficher le sommaire
    des jeux abordés
    dans « Plato n° 76 »
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

Johan Fraichard
16 août 2015