Titre

Happy City

Auteurs Airu Sato  
Toshiki Sato  
Éditeur Cocktail Games  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2021
Joueurs 2 à 5
Public enfants, ados, adultes
Durée 30 min
Caractéristique cartes
Thème urbanisme, construction
Emplacements étagères du rayon H, jeu commençant par H, rayon H
Festival de Cannes Sélectionné 2022
Site officiel
Règle du jeu
Vidéorègles
Ressources


Jouer sur Board Game Arena


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Le Gîte des ânes


Le jeu sur LudiGaume


Le jeu chez Ludo le gars


Le jeu sur Jeux de NIM


Le jeu sur Tric Trac


Le jeu sur Vin d’jeu
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Il est rare que j'essaye, à l'occasion d'un festival ou d'une rencontre, un jeu qui n'est pas encore publié. J'espère ainsi éviter ainsi la possible déception d'une édition qui n'arrive finalement pas ou qui est moins réussie que le prototype.

L'équipe de Cocktail Games était si enthousiaste à montrer son futur jeu Happy City lors du festival de Vichy 2020 (manifestation miraculeusement bienvenue entre deux confinements), que nous n'avons pu résister avec ma chérie à l'aimable pression de Matthieu d’Epenoux. Et depuis, nous attendions la publication du jeu pour pouvoir enfin y rejouer. Il faut bien dire que Happy City présente un gros défaut : il est difficile de ne pas en faire plusieurs parties à la suite, ce qui risque bien de nuire aux centaines d'autres jeux qui nous sont proposés par nos chers ludicaires.

Dans Happy City, vous créez votre ville idéale. Et vous la créez très vite car la partie se termine la plupart du temps en huit tours de jeu. Le principe est celui de Puerto Rico - Le Jeu de cartes en beaucoup plus simple et beaucoup plus rapide. Après avoir encaissé ses revenus en début de tour, chacun peut acquérir un bâtiment qui lui procurera des revenus, des habitants ou des points de bonheur. L'argent est le principal souci en début de partie, mais un enrichissement excessif en fin de partie vous donnera de beaux souvenirs à défaut du gain de la partie. Ce qui compte, c'est d'équilibrer ses acquisitions puisque le score final s'obtient en multipliant le nombre d'habitants par le nombre de points de bonheur. 8 habitants et 6 cœurs rapportent 48 points, moins que 7 habitants et 7 cœurs qui rapportent 49 points.

Si Happy City semble un jeu gentil, avec des poneys et des glaces à la fraise, il peut devenir assez méchant quand on veut s'en donner la peine. Le joueur qui découvre, au début de son tour, une carte qui lui convient parfaitement aura à cœur de ne pas dévoiler d'autres cartes qui intéresseraient les joueurs suivants. Agir de la sorte est méchant et éthiquement contraire à l'esprit qui anime les habitants de Happy City… Mais ça peut être redoutablement efficace si on n'a à l'esprit que de gagner

Vous voilà prévenus : Happy City est terriblement addictif. Les parties ne durant que quelques minutes, il sera difficile de ne pas en faire une partie à chaque soirée jeux, ce qui risque de provoquer une réaction en chaîne : vos amis vont à leur tour l'acquérir, le montrer à leurs amis, etc. Vous êtes prévenus !

 Mini présentation sur Youtube

Bibliographie

  • Plato n° 137 Afficher le sommaire
    des jeux abordés
    dans « Plato n° 137 »
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
Paul Lequesne
13 juin 2021