Titre

Kingdom Builder

Auteur Donald X. Vaccarino  
Éditeur Queen Games  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2011
Joueurs 2 à 4
Public ados, adultes
Durée 45 min
Caractéristiques tablier modulaire, variante
Mécanisme partage territorial
Thèmes colonisation, histoire, Moyen Âge
Emplacements étagères du rayon K, jeu commençant par K, rayon K
Deutscher Spiele Preis 7e Prix 2012
Spiel des Jahres Jeu de l’année 2012
Site officiel
Règle du jeu
Vidéorègle
Résumés
Ressources


Jouer en ligne sur BSW


Le jeu sur BDML


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Jedisjeux


Le jeu sur Jeux à thème


Le jeu au Club de La Rochelle


Le jeu sur LudiGaume


Le jeu chez Ludo le gars


Le jeu sur Tric Trac


Le jeu sur Vin d’jeu


Le jeu sur Wikipédia fr
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Difficile de ne pas craquer pour Kingdom Builder ! L'auteur du fameux Dominion a ici totalement changé de registre, puisque les joueurs n'ont plus qu'une seule carte en main, tandis que trois autres, en tout et pour tout, sont posées sur la table.

La force de Kingdom Builder vient de l'extraordinaire variété des parties. Le but du jeu est de gagner le plus de points. Mais la façon de les gagner est différente à chaque fois, car elle est déterminée par trois cartes d'objectif tirées au hasard parmi dix possibles.

L'aire de jeu est formée de quatre terrains tirés au hasard parmi huit. Les lieux remarquables placés sur ces terrains permettent, quand on construit une cité à côté, de bénéficier ensuite d'une action supplémentaire à chaque tour suivant, d'ajout ou de déplacement d'une cité. À chaque tour, le joueur actif doit poser trois cités sur un type de case déterminé par une carte piochée, en plus des éventuelles actions supplémentaires.

Tout le raffinement du jeu vient de la règle de pose : on doit impérativement poser ses cités à côté de ses propres cités déjà posées, lorsque c'est possible. Et comme pour gagner il faut souvent disperser ses constructions, tout l'art est d'organiser son jeu pour se donner le plus de choix possibles, et donc le plus de lieux possibles pour s'implanter sur la carte.

Variante : Kingdom Builder Capitol

Les plus chanceux ont pu se procurer une extension distribuée à Essen, composée de deux tuiles et d'une règle. Mais il est tout à fait possible de jouer cette variante sans posséder l'extension, puisqu'il suffit de connaître cette règle et de posséder deux jetons quelconques pour y jouer.

Matériel

Deux capitoles : jetons ou boutons de culotte ou billes chinoises ou hôtels de Monopoly.

Règle

Si les terrains comportant le port et/ou l'oracle sont en jeu, on place un capitole sur un des deux châteaux de ce ou ces terrains. À la fin de la partie, gagnez un Or pour chacune de vos cités construite à une ou deux cases de distance du ou des capitoles (il y a potentiellement dix-huit cases autour d'un capitole).

Exemple : Rouge gagne quatre Ors avec ses quatre citées marquées d'une coche verte ; la cité placée dans l'herbe (avec la croix rouge) est trop éloignée.

Notes

  • Le capitole n'est plus un château et ne rapporte donc pas trois points à un joueur qui a construit une cité à côté.
  • Le capitole est un lieu. Il peut donc rapporter des points en tant que tel avec le commerçant.

2012 : extension Nomads

Bibliographie

  • Plato n° 45 Afficher le sommaire
    des jeux abordés
    dans « Plato n° 45 »
  • Plato n° 49 Afficher le sommaire
    des jeux abordés
    dans « Plato n° 49 »
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
12 février 2012