Titre

Mad Mate

Auteur Alex Randolph  
Éditeurs 3M  
Abacusspiele  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 1972
Joueurs 2
Public ados, adultes
Durée 1 h
Caractéristiques jeu de pions, pièces réversibles, tablier carré et pions, tablier 8 x 8 cases et pions
Mécanismes combinatoire, échecs, maîtrise
Emplacements étagères du rayon M, jeu commençant par M, rayon M
Ressources


Brevet ou modèle


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Un des plus grands plaisirs que peut ressentir un amoureux des jeux est de découvrir par hasard un jeu qui semble intéressant, puis en recherchant sa règle et son origine, d'apprendre que c'est un jeu mythique du grand Alex Randolph. C'est ce qu'on appelle le double effet Kiss Cool

Cliquez pour en savoir
plus sur Wikipédia
 !

 

L'idée du jeu est probablement née de la rencontre entre les échecs occidentaux et le Shogi, également appelé « échecs japonais ». Alex Randolph est en effet un des rares occidentaux à pratiquer le Shogi à très haut niveau, puisqu'il est ceinture noire. Il a vécu sept ans au Japon de 1961 à 1968, et a dû en profiter pour se mesurer aux plus grands maîtres.
Comme dans le Shogi, les pièces capturées sont retournées et réintroduites dans son propre jeu. Toutes les pièces ont donc deux faces : bleue d'un côté et noire de l'autre, sauf le Roi, bien entendu !

Il existe une première édition du jeu chez 3M, dont on ne connaît pas de date certaine. Vous pouvez me donner cette date si vous la connaissez, sinon la boîte me fera également plaisir !
Le jeu a été réédité en 1997 chez Abacus Spiele.
La boîte en ma possession est d'origine indéterminée. Si la photo vous rappelle quelque chose, merci de me contacter, afin que chacun puisse bénéficier d'une information plus précise.

Ne pas confondre…

· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
avant 2009