Titre

Nova Luna

Auteurs Uwe Rosenberg  
Corné van Moorsel  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’auteur
Éditeurs Blackrock Games  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur

Edition Spielwiese  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2019
Joueurs 1 à 4
Public enfants, ados, adultes
Durée 30 min
Caractéristiques dominos, dominos carrés
Mécanismes chrono-succession, gain par score
Emplacements étagères du rayon N, jeu commençant par N, rayon N
Spiel des Jahres Sélectionné 2020
Règle du jeu
Ressources


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Gus and Co


Le jeu sur LudiGaume


Le jeu chez Ludo le gars


Le jeu sur Tric Trac


Le jeu sur Vin d’jeu
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Première co-création de Uwe Rosenberg et Corné van Moorsel, Nova Luna est un astucieux jeu de tuiles où l'on retrouve des traces de deux jeux des co-auteurs : Patchwork de Uwe Rosenberg pour la mécanique de choix des tuiles et Habitats

Retrouvez Habitats
sur BoardGameGeek
de Corné van Moorsel pour le positionnement relatif lors de la pose. Il existe ici une légère part de hasard du fait du tirage aléatoire des tuiles au cours de la partie.

L'idée est de judicieusement sélectionner et placer les tuiles pour remplir des contrats. Chaque tuile comporte de 0 à 4 contrats qui représentent les couleurs de tuiles avoisinantes recherchées.

Exemples :

3 contrats :
2 voisines rouges
2 voisines bleues
2 voisines jaunes
2 contrats :
1 voisine cyan et 1 rouge
1 voisine bleue et 1 jaune

Pour réaliser ces contrats, il faut qu'arrivent au voisinage les couleurs demandées. Chaque couleur crée toutefois sa propre continuité. Une tuile qui touche une rouge jouxtant elle-même une autre rouge sera ainsi considérée comme touchant deux rouges. De même, une tuile qui touche un groupe de quatre tuiles bleues sera considérée comme touchant quatre bleues. L'ordre d'arrivée des tuiles n'importe pas. La pose d'une tuile peut ainsi provoquer la réussite d'un contrat, soit parce qu'elle apporte la couleur qui manquait au contrat d'une voisine, soit parce qu'elle vient au contact de tuiles qui valident un de ses propres contrats.

Un joueur qui valide un contrat dépose un de ses jetons pour marquer sa réussite. Le premier joueur qui dépose tous ses jetons gagne la partie.

Le choix des tuiles se fait à la Patchwork : le joueur ayant le marqueur le plus en arrière prend une des trois tuiles suivantes en sens horaire, puis il avance son marqueur du nombre indiqué. Il est donc possible qu'un joueur prenne une tuile deux fois de suite.

Le jeu est intelligent. À deux joueurs, on frôle le jeu combinatoire. Il suffirait d'ailleurs que l'approvi­sion­ne­ment futur soit visible pour que le jeu devienne totalement sans hasard autre que celui du tirage initial. On peut jouer à trois ou quatre mais alors les parties deviennent plus difficiles à contrôler.

Bibliographie

  • Plato n° 124 Afficher le sommaire
    des jeux abordés
    dans « Plato n° 124 »
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
Paul Lequesne
15 décembre 2019