Titre

Ponte del Diavolo

Auteur Martin Ebel  
Éditeur Hans im Glück  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2007
Joueurs 2
Public enfants, ados, adultes
Durée 30 min
Caractéristiques jeu de pions, tablier carré et pions, tablier 10 x 10 cases et pions
Mécanismes combinatoire, gain par score, maîtrise
Thèmes Italie, Venise, villes
Emplacement étagères du rayon P
Règle du jeu
Résumé
Ressources


Jouer sur Board Game Arena


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Jedisjeux


Le jeu sur JeuxADeux


Le jeu chez Ludo le gars


Le jeu sur Tric Trac
                 

Martin Ebel, l'auteur de Ponte del Diavolo, a souhaité rendre hommage à son ami Alex Randolph. Il ne pouvait mieux le faire qu'en créant un jeu de connexion raffiné et subtil, avec des clins d'œil à celui qui a testé le jeu et l'a aidé à progresser.

  

Cet hommage à Alex Randolph, il le lui rend d'abord en le faisant figurer sur la boîte de jeu, où on l'aperçoit sur le fameux Ponte del Diavolo. Il le lui rend ensuite en utilisant pour commencer la partie la fameuse règle du gâteau popularisée par TwixT. Il le lui rend enfin en lui dédiant un jeu de connexion qui n'a rien à envier aux meilleurs jeux du genre.

De quoi s'agit-il ? De créer des îles et de les relier par des ponts. Une île, c'est un ensemble d'exactement 4 tuiles de la même couleur, qui ne touchent aucune autre tuile de la même couleur, même par un angle. Un joueur peut également créer des bancs de sable, composés d'une à trois tuiles. Les bancs de sable peuvent se toucher par un angle. Il est également possible de réunir des bancs de sable pour faire des îles, si celles-ci respectent les règles essentielles de taille et de proximité.

Les ponts permettent de relier deux tuiles - chaque tuile ne pouvant porter qu'un pont. Sous un pont, il ne peut y avoir que de l'eau. C'est à la fois une contrainte de construction des ponts, et des futurs îles ou bancs.

À la fin de la partie, les joueurs marquent des points en fonction des îles reliées entre elles par des ponts. Il est possible que des îles soient reliées via des bancs de sable. Plus le nombre d'îles connectées est important, plus le joueur gagne de points. S'il forme par exemple deux groupes de trois îles, il marque 6 + 6 = 12 points. Mais s'il parvient à former un groupe de cinq îles, il marque 15 points.

Dès la première partie, on perçoit facilement comment tirer parti des contraintes de voisinage et de construction. La première partie terminée, on a une seule envie : rejouer. Le problème, c'est qu'il en est de même à la deuxième partie et à la troisième, la quatrième…

Il paraît que le jeu gagne beaucoup à être joué avec l'amour de sa vie à Venise, et de préférence devant le Ponte del Diavolo. J'attends vos photos.

Successeur, semblable

Bibliographie

                 

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
avant 2009