Titre

Six

Auteur Steffen Mühlhäuser  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’auteur
Éditeur Steffen Spiele  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2003
Joueurs 2
Public enfants, ados, adultes
Durée 15 min
Caractéristique jeu de pions
Mécanismes combinatoire, gain par arrangement, maîtrise
Emplacements étagères du rayon S, jeu commençant par S, rayon S
Site officiel
Règle du jeu
Ressources


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Jedisjeux


Le jeu sur Tric Trac
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources
Une présentation par Patrik Carpentier  
Quelques présentations sont rédigées par des amis de l’Escale à jeux, tous fins connaisseurs du domaine des jeux de société. Les notes sont attribuées par le webmestre.

Six est typiquement le jeu dont on se demande pourquoi personne n'en a eu l'idée avant.

Dix-neuf pièces hexagonales rouges pour le premier joueur et dix-neuf noires pour le second, qui, l'un après l'autre, vont les poser tout simplement sur la table, la seule contrainte étant de toucher au moins un côté de la pièce précédemment posée. Le but est de réaliser l'une des trois figures possibles : soit un anneau de six hexagones, soit une ligne droite de six hexagones, soit un triangle toujours de six hexagones. Je pense que vous aurez compris l'origine du nom de ce jeu !

Si aucun gagnant n'est apparu lorsque tous les hexagones ont été posés, la partie se poursuit. Chaque joueur va maintenant retirer une de ses pièces pour la reposer ailleurs, sans avoir le droit de séparer le groupe de pièces. 

Voilà, c'est tout. Simple non ? Mais profond ! On se surprend assez vite à tester des configurations, juste pour le plaisir, ou pour l'amour du geste. Néanmoins, si ce jeu est prenant et agréable, je ne suis pas sûr qu'on y jouera si souvent…

N'hésitez pas… et voyez ce qu'il en est pour vous.

Note du webmestre

La présentation ci-dessus est basée sur la première règle, datant de l'édition originale. Une nouvelle règle est apparu depuis que je trouve bien plus élégante.

Le but du jeu est inchangé. Une fois les deux premières pièces posées, il n'y a plus la contrainte de toucher la dernière pièce posée. Il suffit de toucher au moins une pièce quelconque. Lorsque tous les hexagones ont été posés, et si personne n'a réussi à former une figure gagnante, les joueurs retirent une pièce pour la poser ailleurs, mais ils peuvent maintenant séparer le jeu en deux parties. Une telle séparation amène à l'élimination de toutes les pièces du plus petit des groupes (en cas d'égalité, le joueur choisit). Un joueur qui n'a plus que cinq pièces perd immédiatement la partie.

Je préfère pour ma part cette seconde version, plus libre et plus incisive. En fait, vous avez même deux jeux dans votre boîte de Six !

Ne pas confondre…

Bibliographie

  • Plato n° 25 Afficher le sommaire
    des jeux abordés
    dans « Plato n° 25 »
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

Patrik Carpentier
18 novembre 2012