Titre

Stephensons Rocket

Auteur Reiner Knizia  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’auteur
Éditeur Pegasus  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 1999
Joueurs 2 à 4
Public ados, adultes
Durée 1 h 30
Mécanisme économie, gestion
Thèmes transports, voies ferrées
Emplacements étagères du rayon S, jeu commençant par S, rayon S
Règle du jeu
Ressources


Le jeu sur BDML


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Jedisjeux


Le jeu au Club de La Rochelle


Le jeu chez Ludo le gars


Le jeu sur Tric Trac


Le jeu sur Vin d’jeu
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

On se demande pourquoi Stephensons Rocket n'a jamais été ne serait-ce que nommé dans un prix majeur. Est-ce à cause de l'omniprésence qui pourrait devenir agaçante de son auteur ? Ce n'est pas de sa faute, s'il crée autant de bons jeux. Est-ce à cause du caractère confidentiel de son éditeur, plutôt versé dans les jeux de cartes à collectionner, et quasiment inconnu dans le domaine des jeux de société ? Il serait pourtant dommage de passer à côté de cet excellent jeu.

Stephensons Rocket se trouve soit en édition allemande, soit en édition étatsunienne. Heureusement l'Escale à jeux vous fournit une règle illustrée et Rody vous fournit des cartes d'aide sur BoardGameGeek

Retrouvez ce fichier
sur BoardGameGeek
.
Vous trouverez les liens vers ces documents en tête de page.

Je ne pouvais pas être plus comblé par le thème et par les mécanismes de Stephensons Rocket. Le thème des trains m'a toujours enthousiasmé. Enfant, j'habitais à côté d'une gare, et je m'endormais en écoutant les tchous-tchous des locomotives (c'est grave, docteur ?). Les mécanismes du jeu, quant à eux, me rappellent fortement ceux de Acquire, un de mes jeux préférés. Mais ils ont été modernisés, complexifiés, sans être vraiment plus compliqués.

La règle peut s'expliquer en 5 minutes, et une petite aide de jeu, en haut du plan, rappelle les éléments essentiels du jeu.

Là où le jeu est complexe et intéressant, c'est qu'on joue sur plusieurs tableaux à la fois. Dans Acquire, il ne fallait compter que sur les primes de fusion et les grosses primes finales des chaînes d'hôtels survivantes. Dans Stephensons Rocket, plusieurs critères de gain s'entremêlent et se concurrencent. On peut gagner de l'argent en étant majoritaire dans les villes rejointes par une voie ferrée, en possédant le plus de gares sur une ligne, en étant propriétaire du maximum d'actions d'une compagnie, en étant majoritaire dans un type de production industrielle, en transportant le plus de passagers, etc.

On ne sait plus où donner de la tête.

Le jeu est indiqué pour deux à quatre joueurs. Comme tous les jeux très interactifs, il est évidemment conseillé d'y jouer à trois ou quatre.

Le jeu est agréablement illustré par Doris Matthäus, ce qui ne gâche rien. Vous aurez peut-être du mal à monter à bord du Stephensons Rocket, car il est mal diffusé en France. Mais croyez-moi, si vous parvenez à sauter dedans, vous ne le regretterez pas.

Bibliographie

· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
avant 2009