Titre

Sultans de Karaya

Auteur Alex Weldon  
Éditeurs Ludyk distribution  
MJ Games  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2011
Joueurs 5 à 15
Public enfants, ados, adultes
Durée 1 h
Caractéristique cartes
Mécanismes bluff, objectif secret
Emplacements jeu commençant par S, rayon S, tiroirs du rayon S
Swiss Gamers Award 4e Prix 2011
Règle du jeu
Ressources


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Jedisjeux


Le jeu sur Tric Trac
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources
Une présentation par Bruce Demaugé-Bost  
Quelques présentations sont rédigées par des amis de l’Escale à jeux, tous fins connaisseurs du domaine des jeux de société. Les notes sont attribuées par le webmestre.

Lassé de vous faire dévorer dès la première nuit lors de chaque partie de Loups-Garous de Thiercelieux ? Sultans de Karaya pourrait vous réconcilier avec les jeux d'identité secrète. Deux factions s'affrontent : les Rebelles (Esclaves ou Assassins, qui doivent éliminer le Sultan) et les Loyalistes (Sultan, Gardes). Un troisième groupe, opportuniste et ambivalent, cherchera à tirer son épingle du jeu : les Neutres (Marchand d'esclaves, Danseuse, Vizir et Voyante). Ils tenteront de s'allier aux vainqueurs, en tenant compte des spécificités de victoire de leur personnage.

Les grandes cartes plastifiées représentant les personnages synthétisent en deux langues le pouvoir et les conditions de victoire propres à cette identité. L'iconographie est d'un goût affirmé qui pourrait ne pas plaire à tous (les fonds vifs dégradés sont habituellement réservés aux mauvais « cliparts »), tout comme l'absence d'arrondi des angles, qui fait un peu « bon marché ».

Chacun joue, à tour de rôle, et doit choisir entre regarder la carte d'un autre joueur, échanger sa carte avec une autre ou encore révéler son identité afin d'exercer son pouvoir spécial. Une carte supplémentaire, placée au centre de la table, peut être choisie pour réaliser les échanges.

Une partie comporte plusieurs manches, rapides, interactives, toniques mais, disons-le, très chaotiques. Il s'avère difficile de construire une véritable stratégie lorsque votre personnage peut vous être dérobé à tout instant, et que votre mémoire défaillante ne vous permet pas de retenir toutes les identités qui n'ont de cesse de changer. On gagne donc « un peu par hasard », mais on passe un agréable moment… Ceux qui apprécient stratégie et déduction se tourneront sans doute plutôt vers The Resistance, nettement plus consistant et sans risque d'élimination.

· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

Bruce Demaugé-Bost
Bruce Demaugé-Bost
11 mars 2012