Titre

Vino

Auteur Christwart Conrad  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’auteur
Éditeur Goldsieber Spiele  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 1999
Joueurs 3 à 5
Public ados, adultes
Durée 1 h 30
Mécanisme maîtrise
Thèmes cuisine, restauration, Italie, vin et spiritueux
Emplacements étagères du rayon V, jeu commençant par V, rayon V
Règle du jeu
Ressources


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Jedisjeux


Le jeu sur LudiGaume


Le jeu sur Tric Trac
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Bien que le jeu ne manque pas d'attrait avec sa carte d'Italie et ses petites bouteilles de vin, je n'avais jamais eu l'occasion de jouer jusque récemment à Vino. Le jeu ne recherche pas à être une reconstitution du travail de la vigne. Si vous cherchez à en savoir plus sur le métier de vigneron, allez plutôt voir du côté de Vign’en jeu.

Vino est donc un jeu de gestion et de spéculation. Il s'agit d'acheter et de vendre des vignobles et du vin, dans le but de posséder en fin de partie le plus grand domaine viticole possible. Le thème aurait pu être celui de la fabrication des balais-brosses, il ne sert ici que de prétexte à un système assez élaboré et surprenant.

Le mécanisme central est effectivement inhabituel. On achète donc des vignes dans différentes régions pour produire des lots de vin. À chaque tour, on peut vendre autant de vin qu'on le souhaite mais dans un seul cépage. Cela a trois effets :

  1. Vous touchez de l'argent qui servira à investir dans d'autres vignobles.
  2. Vous devez rendre à la banque un certain nombre de vignobles, en fonction du nombre de lots vendus.
  3. Le cours du cépage que vous venez de vendre baisse.

Un tableau général règle tous ces effets. Vendre peu de lots permet de gagner plus gros par lot, mais oblige à se séparer de pratiquement tous les vignobles qui ont servi à produire ce cépage. Au contraire, vendre beaucoup de lots permet de perdre moins de vignobles en proportion, mais également de gagner moins pour chaque lot vendu. Tout est affaire d'équilibre.

Au fur et à mesure que le jeu progresse, les vignobles sont de plus en plus chers, mais la taille des propriétés permet aussi de gagner beaucoup plus. Ajoutez à cela un mécanisme tactique intéressant, et fort vicieux, qui permet d'attribuer des vignobles gratuits aux propriétaires minoritaires par le biais d'une aide gouvernementale aux petits exploitants.

Le jeu se pratique de trois à cinq, mais il faut y jouer à quatre ou, mieux, à cinq pour que les effets de l'interaction se fassent réellement sentir.

· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
8 juin 2008