Titre

Zooloretto - Würfelspiel

alias Zooloretto - Le Jeu de dés
Auteur Michael Schacht  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’auteur
Éditeurs Abacusspiele  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur

Filosofia  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2012
Joueurs 2 à 4
Public enfants, ados, adultes
Durée 15 min
Caractéristique dés
Mécanismes gain par score, stop ou encore
Thèmes Afrique, animaux, animaux sauvages, autruches, crocodiles, alligators, éléphants, grands félins, lions, oiseaux, singes et lémuriens
Emplacements étagères du rayon Z, jeu commençant par Z, rayon Z
Site officiel
Règle du jeu
Ressources


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Jedisjeux


Le jeu sur LudiGaume


Le jeu sur Mon petit LudiGaume


Le jeu sur Tric Trac
· Prédécesseur · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

En 2003, Michael Schacht publiait Coloretto, un petit jeu de pioche et de collecte. Il était basé sur un principe simple : soit je pioche et je pose, soit je prends et mon tour est terminé. L'auteur allait développer cette idée pour sortir, en 2007, Zooloretto, un grand jeu familial doté de nombreuses extensions.

Voici maintenant Zooloretto - Würfelspiel (jeu de dés), une forme extrêmement simplifiée de son grand-frère. Zooloretto - Würfelspiel s'explique en deux minutes, et se joue en cinq. Le hasard est bien sûr présent, puisqu'on jette des dés. Mais la part de tactique est tout aussi importante. Savoir résister à la gourmandise, composer avec ce qui se présente, permettra, peut-être, de créer un joli zoo et de remporter la partie. Et quand on perd, ce n'est pas grave : c'est la faute du hasard, et on va le prouver tout de suite… On en refait une ?

Prédécesseur, inspiration

Bibliographie

  • Plato n° 51 Afficher le sommaire
    des jeux abordés
    dans « Plato n° 51 »
· Prédécesseur · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
28 octobre 2012