Titre

L’Attaque

Auteur Hermance Edan  
Éditeurs autoédition  
Au jeu retrouvé  
Gibsons Games  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 1909
Joueurs 2
Public enfants, ados, adultes
Durée 30 min
Caractéristiques jeu de pions, pions masqués, tablier rectangulaire et pions, tablier rect. N x N+1 cases et pions
Mécanismes bluff, gain par capture, prise à domination circulaire
Emplacements cabinet de curiosités, étagères du rayon A, jeu commençant par A, rayon A
Règle du jeu
Ressources


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Tric Trac
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources
Une présentation par Michel Boutin  
Quelques présentations sont rédigées par des amis de l’Escale à jeux, tous fins connaisseurs du domaine des jeux de société. Les notes sont attribuées par le webmestre.

Édition par Hermance Edan (à partir de 1909)

Hermance Edan a édité L’Attaque de 1909 jusqu’au début des années 1930.

L'une des premières éditions de L'Attaque, où les pièces
du jeu représentent l'armée française et l'armée britannique
(Coll. Michel Boutin)

Quelques pays représentés sur les pièces de L'Attaque
selon les versions (les pièces aux couleurs néerlandaises ont été
retrouvées par Rob de Jong, collectionneur néerlandais)

Édition Gibson (années 1920 à 1970)

Par ailleurs, l’éditeur britannique H. P. Gibson a obtenu des droits de diffusion du jeu à partir des années 1920 :

L'Attaque et Dover Patrol (Harrods 1929)

H. P. Gibson a continué à éditer L’Attaque au Royaume-Uni jusque dans les années 1970. En France, l’une des dernières éditions Gibson de ce jeu figure dans le  « hors série » n° 124 (Les jeux de réflexion) du périodique «  Science et Vie ». Voir plus bas.

La boîte ci-dessous a été éditée par H.G. Gibson dans les années 1920. À cette époque, H. P. Gibson a produit plusieurs séries de boîtes noires qui ont été vendues dans de nombreux pays anglophones, en particulier aux États-Unis ; cet exemplaire a récemment été acheté chez un antiquaire à New York. Cependant, L’Attaque est un jeu inventé par la Parisienne Hermance Edan (brevet demandé en 1908 et délivré en 1909).

L’histoire et la structure particulière de ce jeu ont été présentées par Michel Boutin lors d’un colloque organisé à Bruxelles par la « Haute École de Bruxelles » (HEB) en décembre 2013. Les actes de ce colloque ont été édités en janvier 2016 ; ils sont disponibles à la suite à la règle téléchargeable.

Une édition Gibson non datée, dans la série internationale de l'éditeur.

Une édition Gibson probablement des années 1970.

Édition « Au Jeu Retrouvé » (1975)

Cette version de L’Attaque, éditée par Au jeu retrouvé, est inspirée des éditions françaises des années 1910. Ce n’est pas un fac-similé d’une boîte ancienne car tous les composants du jeu (boîte, pièces, règle) sont revus. Cette édition ne semble pas avoir eu beaucoup de succès auprès des joueurs des années 1970 qui préféraient probablement le Stratego.

Histoire et structure de l'Attaque

L’inventrice de L’Attaque, Hermance Edan, s’est vraisemblablement inspirée d’un jeu japonais de la fin du xixe siècle appelé Gunjin shogi ou Kogun shogi. Au début du xxe siècle, avant 1908, plusieurs inventions de jeux de type Gunjin shogi ont été brevetées. Cependant, seule l’invention d’Hermance Edan a été éditéé et diffusée dans de nombreux pays à partir de 1920 par l’éditeur britannique H. P. Gibson. L’Attaque est aussi à l'origine du Stratego.  Par ailleurs, tout au long du xxe siècle, la structure de "Gunjin shogi-L'Attaque-Stratego" a inspiré des inventeurs et des éditeurs de plusieurs pays, tels Alain Têtevide et Robert Maumy qui ont demandé un brevet d'invention en 1953 à Paris  pour un jeu qui fut produit par les éditions Marvel sous le nom de Vive la quille.

La structure particulière de L’Attaque peut être caractérisée par la combinaison de deux éléments :

  • la notion d'information cachée ;
  • un système de prise basé sur une relation circulaire de domination.

Voir le tableau ci-dessous : les rapports de force au sein de L’Attaque

Exemples : lors d’un duel, le Chef d’armée gagne contre toutes les pièces adverses sauf contre l’Espion et les mines. L’Espion gagne contre le Chef d’armée et le Drapeau. En cas d’égalité, l’attaquant et l’attaqué sont éliminés et retirés du tablier.

Ce tableau exprime clairement les prises à domination circulaire : un principe basé sur le jeu « feuille-pierre-ciseaux ». L’Espion (la pièce la plus faible) est la seule pièce mobile qui peut prendre le Chef d’armée (la pièce la plus forte).

Commentaires

Vous trouverez, à la suite des règles proposées en téléchargement, l'article « L’Attaque, jeu français issu du Gunjin Shogi » (Michel Boutin, actes du colloque "Jeux indiens et originaires d'Inde"  Volume 2.).

Ce colloque a été organisé dans le cadre « d’Europalia India » par la ville de Bruxelles. La communication sur L’Attaque a eu lieu dans ce colloque pour montrer un exemple pertinent de jeu à pièces hiérarchisées en comparaison avec certains jeux indiens. Cette communication est publié dans le livre Art et savoir de l’Inde - Actes du colloque « Jeux indiens et originaires d’Inde », édité par Michel Van Langendonckt.

Tous les jeux
 

Chapitre : Jeux thèmatiques

L'ATTAQUE

Éditeur : Le Jeu Retrouvé (F), H.P. Gibson (G.-B.)

Joueurs : 2

Durée : 1 heure

Matériel :

  • Un plateau de 90 cases (9 x 10) dont 2 "lacs" de 3 cases au milieu.
  • 36 cartes (sur support vertical) par joueur. Chaque carte a une valeur hiérarchique militaire

But du jeu : Capturer le "drapeau" de l'adversaire.

 

Comment jouer : En secret, chaque joueur pose ses troupes sur sa moitié du plateau (le dos des cartes étant uni, l'adversaire ignore leur valeur). À tour de rôle, chaque joueur déplace orthogonalement une carte d'une case. Quand deux cartes adverses se trouvent face à face, l'un des joueurs peut annoncer "attaque". On découvre les 2 cartes et la plus forte gagne. Le jeu continue jusqu'à ce que l'un des joueurs prenne la carte "drapeau" de l'adversaire.

Commentaire : Les deux phases du jeu jouent un rôle très différent :
  1) le placement initiai des cartes (stratégie)
  2) les déplacements en fonction de la découverte progressive des positions des cartes adverses.
  Créé aux alentours de 1900 quelque part en Europe, un jeu simple pour ceux qui n'ont pas le courage d'aborder les "wargames"
  L'aspect "vieillot" de la version française est très esthétique.

Notre verdict :

  • Clarté des règles : 9/10
  • Originalité : 10/10
  • Présentation : 9/10
 Facile Complexe 
 Chance Habilité 
  • Note globale : 7/10

 

© 1978 Science et Vie
     Hors-série : Les jeux de réflexion
     Banc d'essai, pages 95 à 160

Successeurs, semblables

Bibliographie

· Prédécesseurs · Successeur · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

Michel Boutin
27 mars 2016