Titre

Space Walk

Auteur Rüdiger Dorn  
Éditeurs Gigamic  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur

Morapiaf  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur

Ravensburger  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 1999
Joueurs 2 à 5
Public enfants, ados, adultes
Durée 30 min
Caractéristiques inadapté aux daltoniens, jeu de pions, jeu de semailles
Mécanisme maîtrise
Thème science-fiction
Emplacements étagères du rayon S, jeu commençant par S, rayon S
Règle du jeu
Ressources


Le jeu sur BoardGameGeek


Galerie photos sur BoardGameGeek


Le jeu sur Jedisjeux


Le jeu au Club de La Rochelle


Le jeu sur LudiGaume


Le jeu sur Tric Trac


Space Walk sur Wikimancala.org
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

1999 : Space Walk chez Ravensburger

Cela faisait longtemps que l'on attendait un bon jeu de course où le hasard n'interviendrait pratiquement pas.

Après Le Lièvre et la Tortue et Ave César, Ravensburger nous livre enfin un excellent jeu sous le titre Space Walk.

Le thème est ici tout à fait arbitraire. On aurait pu jouer avec des grenouilles ou des coureurs de steeple, mais le thème aurait certainement été moins vendeur.

Le jeu consiste à promener des navires intergalactiques sans les faire tomber dans les trous noirs. Un mécanisme original est mis en œuvre : on prend tous les pions présents sur une case (à condition qu'au moins un nous appartienne) pour les distribuer sur les cases suivantes, comme à l'Awélé. Les plus gros vaisseaux doivent être joués en premier, les plus petits en dernier. S'il y a par exemple cinq vaisseaux sur une case, le plus gros, ou l'un des plus gros, sera déplacé une case plus loin ; le plus petit, ou l'un des plus petits, sera déplacé cinq cases plus loin ; les autres vaisseaux seront déplacés de deux, trois ou quatre cases. À vous de jouer habilement pour éviter que vos vaisseaux ne soient attirés par un trou noir, et pour pousser ceux de vos adversaires vers ces mêmes trous noirs.

Le design du jeu est discutable, mais pas aussi laid que celui de Ramses II ou de Sphinx. Pourtant Tikal, sorti la même année, est quant à lui très beau. Allez comprendre…

Ce design malheureux et l'importance excessive de la boîte, qui aurait pu être du format poche, empêchent Space Walk d'obtenir une meilleure note.

2014 : réédition chez Morapiaf/Gigamic

Space Walk revient avec un nouveau design et une boîte deux fois plus petite. La taille du plan de jeu est cependant inchangée. Les vaisseaux spatiaux en plastique sont remplacés par des pions en bois, plus dans l'air du temps.

La règle est inchangée, pour ceux qui le souhaitent. Mais vous pouvez aussi utiliser les cartes fournies dans cette nouvelle édition, à la place des jetons. Chaque joueur reçoit alors huit cartes qu'il devra toutes utiliser avant de les reprendre en main. Quatre cartes effectuent un mouvement standard, une carte permet de jouer deux fois de suite, une carte permet de copier le coup du joueur précédent, une carte permet d'avancer un seul vaisseau et la dernière carte oblige à passer son tour.

Cette nouvelle option, le format agréable et le design séduisant permettent à Space Walk de gagner son .

Bibliographie

  • Plato n° 71 Afficher le sommaire
    des jeux abordés
    dans « Plato n° 71 »
· Prédécesseurs · Successeurs · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
avant 2009
15 juin 2014