Titre

Agricola

alias Agricola - Édition révisée
Agricola - Extension Belgique
Auteur Uwe Rosenberg  
Éditeurs Funforge  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur

Lookout Games  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur

Ystari  Cliquez pour accéder au
site officiel de l’éditeur
Année 2007
Joueurs 1 à 5
Public ados, adultes
Durée 1 h 30
Caractéristiques multiprimé, adapté aux daltoniens
Mécanismes affectation de travailleurs, amélioration de tableau, économie, gestion, présélection (ou draft), progéniture
Thèmes agriculture, animaux, animaux de la ferme
Emplacements étagères du rayon A, jeu commençant par A, rayon A
Festival de Cannes Prix spécial du jury 2009
Deutscher Spiele Preis 1er Prix 2008
Intern. Gamers Awards Meilleur jeu multijoueurs 2008
Les Trois Lys Lys Passionné 2009
Spiel des Jahres Prix spécial « complexe » 2008
Spiel der Spiele Meilleur jeu pour experts 2008
Règle du jeu
Vidéorègle
Résumé
Ressources


Jouer sur Board Game Arena


Le jeu sur BDML


Les jeux sur BoardGameGeek


Le jeu sur Jedisjeux


Le jeu sur JeuxADeux


Le jeu sur LudiGaume


Le jeu chez Ludo le gars


Le jeu sur Jeux de NIM


Le jeu sur Le Repaire des jeux


Le jeu sur Thingiverse


Le jeu sur Tric Trac


Le jeu sur Le Trou à rat


Le jeu sur Vin d’jeu


Le jeu sur Wikipédia fr
· Prédécesseurs · Successeur · Parenté · Biblio · Ressources

2007 : première édition française

Agricola a de nombreuses qualités. Le jeu est beau, pas aussi compliqué que le nombre de pages de la règle voudrait le faire croire, et il est totalement addictif. On peut y jouer avec le même intérêt de un à cinq joueurs, même si le jeu est réellement différent selon le nombre de participants.

J'étais toutefois légèrement réticent à lui attribuer trois cœurs, et ce pour deux raisons. La première, c'est que le jeu me semblait trop compliqué pour entrer dans la catégorie. La seconde, c'est que j'avais déjà attribué beaucoup de « trois cœurs » au cours des derniers mois de 2008.

Toutefois, aucun de ces arguments dignes d'un avocat du diable ne tient vraiment la route.

Oui, le jeu est un peu compliqué. Mais les mécanismes sont tellement logiques qu'ils s'assimilent dès la première partie. Il est par ailleurs assez aisé de les expliquer à de nouveaux pratiquants, en se limitant à la philosophie générale du jeu, et aux tous premiers mécanismes. On expliquera les autres au fur et à mesure qu'ils entreront en jeu, un peu comme on peut le faire avec des titres comme Civilisation.

Oui, j'ai attribué pas mal de « trois cœurs » aux jeux sortis en 2008. Mais est-ce de ma faute si 2008 est une année exceptionnelle chez les éditeurs ? Il suffit de voir la sélection des jeux pour le prix du jeu de l'année, attribué en février 2009 à Cannes, pour en constater la richesse (je souhaite bonne chance au jury) : tous les jeux sans exception sont bons ou excellents.

Uwe Rosenberg nous avait habitués, avec par exemple Bohnanza, Klunker, Schnäppchen Jagd ou Mamma mia ! à des jeux minimalistes, mais pourvus d'une règle tarabiscotée et souvent géniale.

Il nous surprend un peu avec Agricola, totalement différent de ses créations précédentes.

Agricola est un jeu de gestion et de développement, comme on en a connu de nombreux depuis quelques années. On a créé des colonies avec Puerto Rico, géré un zoo avec Zooloretto, construit un château avec Caylus ou une cathédrale avec Les Piliers de la terre. On a même bâti une nation avec L’Âge de pierre. Ici, le propos est plus terre-à-terre, puisqu'il s'agit de développer une famille et sa ferme.

Le jeu peut se pratiquer à plusieurs niveaux. Le jeu familial est déjà très intéressant. Il s'agit de progresser dans trois directions en même temps : le foyer, la culture et l'élevage. Il est presque impossible de gagner si l'on néglige l'une de ces directions. Mais comme dans tous les jeux de gestion, il faut faire des choix. Et les choix sont ici particulièrement difficiles et presque frustrants.

C'est que les actions sont plus que limitées, alors que la moindre réalisation demande un nombre important d'entre elles. Ainsi, pour faire du pain et nourrir votre progéniture, vous devez :

  • chercher du semis
  • labourer un champ
  • semer
  • construire un four ou un fourneau
  • récolter
  • cuire le pain.

Et encore, dans sa grande générosité, l'auteur nous a épargné le moulin et le blutoir ! Et comme vous ne disposez que de deux personnes dans votre ferme, vous vous apercevez rapidement de la nécessité de vous pourvoir en main-d'œuvre. Il existe pour cela une action « Naissance », mais il faudra préalablement avoir agrandi la maison, donc cherché du bois et du roseau. Là aussi, l'auteur nous a épargné une action pourtant indispensable et qui se fait généralement neuf mois avant la naissance. Il fallait bien simplifier un peu…

Le jeu complet se joue de la même façon, mais s'ajoutent des cartes de savoir-faire et d'aménagement, qu'il faudra utiliser judicieusement. Le nombre important de cartes disponibles rend le jeu pratiquement inusable.

Il faut bien parler des défauts, et Agricola en comporte un de taille : comme pour L’Âge de pierre, on a du mal à tout ranger dans la boîte, pourtant grande. À cinq joueurs, dans une partie complète, le jeu peut sembler long. Mais à deux ou trois, il tourne vite. Trop vite même, car la fin de partie arrive alors qu'on n'a pas encore eu le temps de construire l'enclos pour ce fichu bœuf qu'on est obligé d'accueillir dans la maison.

bien mérité.

2012 : Agricola - Extension Belgique

Agricola - Extension Belgique permet de varier les plaisirs en proposant cent-vingt nouvelles cartes, toutes sur le thème de la Belgique.

Les références historiques se mêlent aux clins d'œil sur l'actualité et les personnalités contemporaines.

2016 : édition révisée chez Funforge

On reconnaît souvent un très bon jeu à sa durée de présence dans les bacs. Dix ans après sa première édition, Agricola nous revient dans une version révisée tout à fait intéressante.

Les principales différences sont de deux ordres. D'une part, le matériel de jeu a été nettement amélioré avec des plans de jeu plus lisibles et des ressources profilées en bois teinté. D'autre part, les règles ont été entièrement réécrites et quelques modifications ont été apportées, basées sur les expériences des nombreux joueurs : moins de cartes, plus d'équilibre entre celles-ci, etc.

On notera que le nombre de joueurs a été réduit à 4, probablement en attendant une extension pour 5 et 6 joueurs.

Si vous avez la première édition, le seconde n'est pas indispensable, sauf si vous appréciez de jouer avec du très beau matériel.

Successeur, semblable

Bibliographie

  • Jeux sur un plateau n°50 Afficher le sommaire
    des jeux abordés
    dans « Jeux sur un plateau n°50 »
  • Plato n° 22 Afficher le sommaire
    des jeux abordés
    dans « Plato n° 22 »
  • Plato n° 53 Afficher le sommaire
    des jeux abordés
    dans « Plato n° 53 »
  • Plato n° 62 Afficher le sommaire
    des jeux abordés
    dans « Plato n° 62 »
  • Plato n° 94 Afficher le sommaire
    des jeux abordés
    dans « Plato n° 94 »
· Prédécesseurs · Successeur · Parenté · Biblio · Ressources

Vous n’êtes pas connecté(e)

Déjà membre : Connectez-vous ou demandez un mot de passe
Pas encore membre : Créez un compte
 

François Haffner
Paul Lequesne
24 janvier 2009
23 avril 2017